Tout sur la Grèce...

English version                                                                                                                                     ...par Isa et David


 

 

 

                                                                                                      
 

Accueil

Généralités Les photos Cuisine Grecque Vos commentaires Événement      
  Actualités Grecques Expressions Les auteurs Lieux Grecs Sites Préférés Livre d'Or      

 

 



 

     Actualités Grecques 2004 (Sources Yahoo Actualités)    

Revivez les JO 2004, la Grèce championne de l'Euro 2004...et toutes les autres actualités qui ont marquées la Grèce

Actualités grecques 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007

Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004

Dimanche 12 Décembre 2004


 

 

La police grecque fait exploser un colis suspect après une alerte à la bombe

ATHENES (AFP) La police a fait exploser dans la nuit de samedi à dimanche un colis suspect placé devant une entreprise de construction à Alimos, dans la banlieue sud d'Athènes, suite à une alerte à la bombe, a-t-on appris dimanche de source policière. Le colis a été découvert devant les locaux de la société Olympiaki techniki à la suite d'un appel téléphonique anonyme auprès de la rédaction d'un quotidien avertissant de la présence d'une bombe à cet endroit, selon la même source.Selon les artificiers de la police, un engin explosif artisanal contenant une minuterie se trouvait dans le colis. Olympiaki techniki a été à l'origine d'un scandale en janvier dernier lorsque le gouvernement socialiste d'alors lui avait permis de procéder à la déforestation d'une zone destinée à la construction de maisons de villégiature en Chalcidique (nord). Le tollé suscité par cette mesure avait entraîné la démission du secrétaire d'Etat à l'Economie Christos Pachtas, six semaines avant des élections générales, remportées par la droite.
 


Lundi 29 Novembre 2004







Le dernier film d'Oliver Stone qui sortira en France le 5 janvier prochain a été présenté a New York le 29 Novembre 2004 en avant-première.
 

Colin Farrell réprouve les avocats grecs défendant l'hétérosexualité d'Alexandre le Grand

ATHENES (AP) - L'acteur a réagi à la plainte d'un groupement de vingt-cinq avocats grecs qui a menacé de poursuivre la Warner et Oliver Stone. Colin Farrell a déclaré: "Est-ce que je pense qu'Alexandre le Grand était bisexuel ? Oui, absolument ! Ne poursuivez pas Oliver Stone, poursuivez-moi plutôt ! Et dites-moi ce qu'il y a de mal là-dedans, essayez... Comment allez-vous prouver que le mec n'était pas bi ? Sortez de votre cadre de pensée bigot et voyez juste que c'était quelque chose de très beau. Nous avons reculé dans nos moeurs à cause de notre manie à juger tout le temps. Pourquoi en faire toute une affaire ? Allez juste voir le film." Angelina Jolie, qui joue la mère du personnage historique dans le film, ajoute : "Le film n'a pas pour sujet le sexe. Il s'agit d'amour tout simplement." Le groupement d'avocats réclame en tout cas qu'il soit expressément fait mention que le film est une fiction et ne reflète pas la réalité.
Les dirigeants de la Warner démentent avoir repoussé la date de sortie du film Alexandre le Grand pour cause de scènes "trop gay".
Colin Farrell a eu à jouer la bisexualité historique de son personnage avec l'eunuque Bagoas. Des rumeurs disaient qu'un montage coupant ces scènes d'amour était la cause du report de la sortie du film jusqu'à novembre aux Etats-Unis.
Jeff Robinov de la Warner répond à The Scoop : "C'est complètement faux. Warner Bros Pictures est fier du film et pense que c'est une oeuvre cinématographique exceptionnelle. Nous avons repoussé la date de sortie, comme nous l'avons déjà dit, pour mieux le positionner pour les Oscars. Nous voulons aussi nous laisser plus de temps pour peaufiner quelques-uns de ses ambitieux effets spéciaux. Toute supposition à propos du studio en train d'essayer de couper des scènes sous prétexte de relations sexuelles est fausse et ne reflète pas le contenu du film qui fait le portrait d'un Alexandre le Grand héroïque, un homme de son temps et de sa culture.
Anthony Hopkins et Val Kilmer complètent la liste des acteurs de ce péplum tourné en Grande-Bretagne, au Maroc et en Thaïlande. Colin Farrell joue Alexandre le Grand, le roi Philippe de Macédoine est incarné par Val Kilmer, Anthony Hopkins est dans la peau de Ptolémée et Angelina Jolie interprète Olympia, la mère du général macédonien qui a établi le plus grand empire qui n'ait jamais existé. La sortie américaine du film historique d'Oliver Stone été retardée pour qu'il soit sélectionnable à la cérémonie des Oscars de 2005.


Jeudi 25 Novembre 2004


 

La Grèce va rejoindre l'Organisation de la francophonie

ATHENES (AP) - La Grèce a annoncé jeudi qu'elle allait adhérer à l'Organisation de la francophonie, qui rassemble des pays francophones, pour s'aider et pour aider l'Europe à se protéger de la domination d'une seule langue, faisant référence sans la nommer à l'anglais.
Un porte-parole du ministère grec des Affaires étrangères, a affirmé que son gouvernement "croit dans le multilinguisme".
"Nous voulons rejoindre cette organisation parce que nous ne voulons pas un monopole d'un seul langage, mais (nous voulons) en avoir plusieurs", a déclaré M. Koumoutsakos.
Il a précisé que la Grèce rejoindrait l'Organisation de la francophonie lors du 10e sommet de la francophonie, qui doit réunir vendredi et samedi à Ouagadougou (Burkina Faso) 30 chefs d'Etat et de gouvernement, dont le président français Jacques Chirac.
"Nous avons besoin de nous exprimer en de nombreuses langues", a-t-il dit. "Tout ce qui peut être fait pour ne pas aller vers une seule langue doit être fait".
Bien qu'aucun chiffre ne soit disponible sur ce sujet, l'anglais est devenu la deuxième langue la plus parlée en Grèce ces dernières années.
Créée il y a dix ans, l'Organisation de la francophonie compte actuellement 49 pays membres.
 


Dimanche 24 Octobre 2004


 

 

 

 

 

 

Intronisation du nouveau patriarche grec-orthodoxe Théodore II

ALEXANDRIE, Egypte (AFP) -  Le patriarche grec-orthodoxe Théodore II, 50 ans, patriarche d'Alexandrie et de toute l'Afrique, a été intronisé dimanche à Alexandrie, en présence du président grec Constantinos Stefanopoulos. La cérémonie s'est déroulée à l'église de Raml à Alexandrie, siège du patriarcat grec-orthodoxe, en présence de deux mille fidèles. Plus de deux mille autres fidèles suivaient le déroulement de la cérémonie à l'extérieur de l'église. L'Egypte compte quelque 50.000 grec-orthodoxes.
Le patriarche copte orthodoxe égyptien Chenouda III, le gouverneur d'Alexandrie Abdel Salam el-Mahgoub, ainsi que des représentants du Vatican, ont assisté à la cérémonie, au cours de laquelle Théodore II a été coiffé de la couronne et a reçu la crosse patriarcale, au milieu des fidèles en prière.
Théodore II, ancien métropolite du Zimbabwe, avait été élu le 9 octobre, à l'unanimité des treize métropolites du Saint-Synode du patriarcat d'Alexandrie, patriarche d'Alexandrie et de toute l'Afrique, deuxième dans la hiérarchie orthodoxe derrière le patriarche oecuménique d'Istanbul.
Il succède à l'ex-patriarche orthodoxe d'Alexandrie Pétros VII, décédé le 11 septembre avec 16 autres personnes dans un accident d'hélicoptère en mer Egée, alors qu'il se rendait dans le nord de la Grèce.
Né sur l'île de Crète en 1954, Théodore II a été sacré diacre en 1975 et évêque en 1978. Après des études de théologie à l'Université de Salonique (nord), il a servi l'archevêché de Sfakia en Crète avant de quitter la Grèce en 1985 pour être affecté au patriarcat d'Alexandrie (Egypte).
En 1997, il a été élu métropolite du Cameroun et en 2002 métropolite du Zimbabwe

 


Jeudi 21 Octobre 2004

 

 

 


couverte de tombes préhistoriques dans le Péloponnèse

ATHENES (AFP) - Une équipe d'archéologues grecs a mis au jour 25 tombes préhistoriques de la fin du néolithique près de l'antique Ellis dans nord-ouest du Péloponnèse, a indiqué jeudi un communiqué du ministère de la Culture.
Ils ont découvert, lors de fouilles de sauvetage à l'occasion de la construction d'un théâtre dans la région, "un cimetière préhistorique organisé constitué de 25 tombes à chambres avec corridor et une ouverture", a ajouté le communiqué.
Dans chaque tombe, taillée dans le rocher naturel, se trouvaient "plusieurs sépultures entourées d'offrandes, de la céramique, des bijoux comme des amulettes en pierre et des perles de colliers".
Chaque tombe contenait "le plus souvent de trois à cinq corps, certaines accueillaient dix corps et parfois plus".
Les tombes ont été datées à la dernière phase du néolithique jusqu'à l'Helladique ancien I (3500-2800 avant JC).
Ces trouvailles notamment le matériel osseux conservé dans un excellent état "vont apporter d'importantes informations sur la société de l'habitat préhistorique qui vivait de la fin du 4ème millénaire au début du 3ème millénaire à l'antique Ellis", a souligné le texte.
"Il semble que cet habitat était en contact avec d'autres civilisations de l'espace égéen", affirme le communiqué, précisant qu'il s'agit du troisième cimetière de cette époque découvert récemment dans le Péloponnèse.
Sur le même terrain les archéologues ont également décou
vert un four et des ateliers de l'époque hellénistique (323 avant JC-395 après JC) avec un grand nombre de céramiques caractéristiques de la région.
 


Mardi 19 Octobre 2004

 

 

 

Un Pêcheur trouve une statue grecque de 2400 ans

ATHENES (AP) - Les restes d'une statue grecque en bronze datant de 2400 ans ont été trouvés par un pêcheur ce mois ci dans la mer d'Égée sur l'île de Kythnos.
La statue a été mise en exposition par le ministère grec de la culture à Athènes.
Les experts pensent que la statue est le corps d'un jeune athlète.
 


Mardi 28 Septembre 2004


Le drapeau paralympique lors de la cérémonie de fermeture des Jeux
 

Cérémonie de fermeture Paralympique annulée

ATHENES - La cérémonie de fermeture des Jeux Paralympiques d'Athènes a annulée après que sept écoliers voyageant pour observer l'événement soient morts dans un accident d'autobus lundi près de la ville de  Aghios Konstantinos. Le bus scolaire, qui venait de la ville de Trikala (175 km au nord d' Athènes), a percuté un camion.
30 personnes ont été bléssés, 26 d'entre eux étaient des adolescents, a indiqué la police.
Le comité Paralympique a anoncé l'annulation de la célébration de fermeture des jeux prévue le Mardi 28 suite à cet accident tragique.
A la place du spectacle de fermeture, une parade avec les athletes ayant participés et un dicours sera tenu au stade Olympique d'Athènes, ainsi qu'une passation du drapeau à la Chine pour l'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques 2008.
Une minute de silence a été observée en mémoires des victimes de l'accident de bus.

Pour voir les résultats allez voir à Généralité/Grèce d'aujourd'hui
 
Rang
(or)

Pays

pays

Or Argent Bronze Total Rang par total
 
1  CHN China 63 46 32 141 1
2  GBR Great Britain 35 30 29 94 3
3  CAN Canada 28 19 25 72 7
4  USA United States 27 22 39 88 4
5  AUS Australia 26 38 36 100 2


Lundi 20 Septembre 2004

 

 

"S'il vous plait, touchez les objets", au musée tactile d'Athènes...

ATHENES (AFP) - Un petit musée à Athènes offre aux personnes aveugles une chance rare de contacter littéralement de grandes oeuvres d'art autrement gardées derrière le plexiglass et protégées par de la haute technologie.
"Merci de nous aider à les découvrir vraiment", remarque d'un visiteur français anonyme dans le guestbook du musée tactile dans le quartier d'Athènes de Kallithea.
Si vous voulez voir Venus de Milo vous devez aller à Paris. Mais si vous voulez la toucher vous devez venir ici, "Dimitra Asideri, directeur du musée.
Crée en 1984, le musée expose des répliques exactes sur plus de 80 statues de la Grèce ancienne avec
les inscriptions en grec, traduites en braille.
"Chaque musée devrait avoir une pièce avec de telles repliques"


Vendredi 17 Septembre 2004

 

Yiorgos Toptsis, le grec paralympique allume la flame Olympique durant la cérémonie d'ouverture des Jeux Paralympiques d'Athènes 2004

Paralympiques 2004: ouverture des plus grands Jeux de l'histoire handisport

ATHENES (AFP) - Quelque 70.000 personnes ont rempli vendredi le stade olympique d'Athènes pour la cérémonie d'ouverture des 12e jeux Paralympiques d'été qui se tiennent dans la capitale grecque jusqu'au 28 septembre, trois semaines après les JO.
Après l'hymne grec, l'Angola a ouvert le défilé des 136 pays qui participent à la plus grande "paralympiade" de l'histoire (125 pays à Sydney en 2000, 103 à Atlanta en 1996, et seulement 10 à Rome en 196O pour la toute première). Il y a quelques jours, 143 étaient annoncés.
Pléthoriques ou réduites à quelques personnes, comme le Bénin ou l'Afghanistan, les délégations ont défilé autour d'un immense chêne planté au milieu du stade, qui incarnait la force des Jeux et offrait de jolies prises de vue. Comme lors de la cérémonie des Jeux d'été, l'Irak a reçu l'une des plus chaleureuses ovations de la soirée, avec la République de Chypre. Mais rien de commun, bien sûr, avec les "Hellas, Hellas" et les olas qui ont salué le passage des Grecs, en queue de cortège.
Seule fausse note: la femme du président de Taïwan, Wu Shu-Chen, qui se déplace en fauteuil, n'était pas officiellement la présidente de sa délégation, pour une obscure histoire d'accréditation. Pékin voyait d'un mauvais oeil sa présence.
A titre individuel, c'est un Turkmène qui s'est taillé le plus beau succès, en abandonnant ses béquilles pendant quelques secondes, le temps de marcher sur les mains.
Samba pour le Brésil, mélopée orientale pour les pays arabes, claquette flamenco pour l'Espagne, les quelque 4000 sportifs -sans compter leurs accompagnateurs- ont défilé sur un fond sonore évocateur de leur pays d'origine.
Trois semaines après la cérémonie de clôture des jeux Olympiques, les Athéniens ont repris le chemin du stade olympique.
Quelque 4000 athlètes avec un handicap (en fauteuil, mutilé, mal-voyant...) vont se mesurer dans 19 disciplines jusqu'à la cérémonie de clôture, le 28 septembre. Pékin-2008 commencera alors à prendre le relais.

                                               


Samedi 11 Septembre 2004
 

 


 

La Grèce décrète trois jours de deuil national après la mort du patriarche d'Alexandrie

ATHENES (AP) - Le gouvernement grec a décrété lundi trois jours de deuil national après la mort dans un accident d'hélicoptère du patriarche Pierre VII d'Alexandrie, le chef de l'Eglise orthodoxe en Afrique.
Ce dernier fait partie des 17 personnes tuées dans le crash du Chinook de l'armée grecque qui les transportait samedi vers le Mont Athos, dans le nord de la Grèce. Dix corps, dont celui du patriarche d'Alexandrie, ont été récupérés dimanche.

On ignorait encore les causes de l'accident, survenu par beau temps peu avant l'atterrissage.
Les drapeaux étaient en berne lundi à travers la Grèce. Le corps de Pierre VII a été déposé dans la principale cathédrale d'Athènes où il devait rester encore 48 heures. Des funérailles sont prévues mercredi matin à Athènes puis le corps sera transporté dans la journée au Caire, en Egypte.
D'après l'Eglise grecque, Pierre VII devrait être enterré dans l'église orthodoxe Saint-Georges dans le Vieux Caire.

Les opérations se poursuivaient pour retrouver les corps des autres passagers de l'hélicoptère qui s'est abîmé en mer. La marine grecque va envoyer un robot sous-marin pour examiner l'appareil qui gît par 1.050 de fond, au large du Mont Athos.

Après des retards constatés dans le lancement de l'opération de sauvetage, le Premier ministre grec Costas Caramanlis a reconnu dimanche "des défaillances dans le système de l'armée", et annoncé le limogeage du chef d'Etat-major de l'armée de l'air, Panayotis Papanikolaou.

Deuxième dans la hiérarchie orthodoxe, le patriarche d'Alexandrie et de toute l'Afrique Pétros VII, 55 ans, né à Chypre, était une personnalité très estimée de son Eglise pour son ouverture et son engagement humanitaire en Afrique. Ce prélat, le plus jeune de son rang dans la hiérarchie, avait accédé au trône historique d'Alexandrie le 21 février 1997. L'accident qui lui a coûté la vie s'est produit alors qu'il se rendait au monastère de Vatopédiou sur le Mont Athos, haut-lieu de l'orthodoxie, à 638 km d'Athènes, où il devait effectuer sa première visite officielle en tant que patriarche.
 

Dimanche 29 Août 2004











      

     
        
Cérémonie de cloture à Athènes


ATHENES (Reuters) - Le rideau est tombé dimanche sur les Jeux olympiques d'Athènes au terme d'une cérémonie de clôture qui a célébré les traditions de la Grèce, pays fondateur des Jeux, mais aussi le pari parfaitement réussi d'accueillir à nouveau le grand rendez-vous quadriennal du sport, 108 ans après les premiers Jeux modernes. "Nous avons montré au monde ce que les Grecs savent faire", a lancé la grande ordinatrice de ces Jeux, Gianna Angelopoulos-Daskalaki.Le président du CIO, Jacques Rogge, a prononcé la clôture des Jeux et passé le relais à Pékin, qui accueillera la prochaine édition. "Ces Jeux furent ceux où les athlètes ont eu le plus de difficulté à tricher et où les athlètes propres furent le mieux protégés", a souligné le patron du Comité international olympique (CIO).
La flamme, qui brûlait depuis 16 jours au faîte de la torchère érigée au-dessus du Stade olympique, s'est éteinte pour quatre ans, soufflée par une orpheline de dix ans, Fotini Papaleonidopoulou.
La jeune fille était accompagnée par Fani Halkia, la star grecque de ces Jeux, qui a recueilli les derniers feux de la flamme olympique pour éclairer la lanterne de sa protégée. La petite lueur s'est alors propagée à travers le stade, convoyée par les héros de la quinzaine, les athlètes, agglutinés au milieu de l'enceinte.
Les plus fêtés d'entre eux furent sans doute les trois médaillés du marathon, les derniers de ces Jeux, qui eurent l'honneur, grande première, de recevoir leur médaille pendant cette grande soirée d'adieux.
La vedette est revenue à l'Italien Stefano Baldini, vainqueur du soir, comme pour rappeler que la flamme renaîtra dans deux ans à Turin pour les Jeux d'hiver.
Les autres, les quelques milliers d'athlètes encore présents dans la capitale grecque ont fait leur dernière grande entrée dans l'arène au son des percussions, agitant drapeaux et écriteaux, tandis qu'une dernière ola emportait les 70.000 spectateurs du stade olympique.
Porte-drapeaux, médaillés ou simples figurants, ils ont rivalisé une dernière fois à coups d'appareils photos, de caméscopes ou de portables, pour passer à la télé une dernière fois, sous les regards de quatre milliards de téléspectateurs.
Moins élaborée, plus festive que la cérémonie d'ouverture, ce dernier volet des deux semaines de fête du sport s'est achevée par une longue évocation des charmes de Pékin. Un denier passage de témoin.

Un lâché de 150.000 ballons et confettis ont suivi avec un concert des idoles grecques : Haris Alexiou, Dimitra Galani, Marinella, George Dalaras, Yiannis Parios, Sakis Rouvas, Anna Vissi, Alkistis Protopsalti et Antonis Remos


       


Dimanche 29 Août 2004
 

 

 

 

 

 

 

 




 

Résultats des JO d'Athènes

Voici le tableau des résultats des JO 2004 avec le nombre de médailles par pays, ci dessous les 5 premiers.
Pour voir le tableau complet allez voir à Généralité/Grèce d'aujourd'hui


Rang
(or)

Pays

  Or Argent Bronze Total
1  USA Etats-Unis d'Amérique 35 39 29 103
2  CHN Chine 32 17 14 63
3  RUS Fédération de Russie 27 27 38 92
4  AUS Australie 17 16 16 49
5  JPN Japon 16 9 12 37

 

 

Vendredi 13 Août 2004


 









 

 

                          
                     
                   

Cérémonie d'ouverture des JO

ATHENES (Reuters) - L'impressionnante cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'Athènes qui s'est tenue vendredi a été saluée dans le monde entier, suscitant la fierté des Grecs et l'admiration de tous.
Les villes hôtes des Jeux, présentes et futures, ont tiré un coup de chapeau à la Grèce pour avoir su saisir l'occasion de montrer que le pays était capable d'émouvoir et d'émerveiller le monde, malgré toutes les critiques qui ont pu lui être adressées lors de la préparation des Jeux.
Le Herald Sun de Melbourne, faisant référence aux inquiétudes qui ont accompagné la préparation des Jeux, souligne: "Ce qui se présentait comme un tragédie grecque à l'ancienne s'est merveilleusement transformé la nuit dernière en un miracle grec moderne."
Pour la Chine qui accueillera les Jeux en 2008, la cérémonie d'ouverture athénienne va sans doute faire figure de modèle. "La cérémonie d'ouverture qui a vu l'utilisation des technologies les plus récentes a transporté les 72.000 spectateurs et les milliards de téléspectateurs dans un voyage de trois heures et demie symbolique et plein d'émotions à travers l'histoire de la Grèce, de l'Antiquité jusqu'à la période moderne", précise l'agence de presse Chine nouvelle.
De la même façon, les pays candidats à l'organisation des Jeux olympiques en 2012 ont souligné les qualités de la cérémonie et les mérites du comité d'organisation.
"Les Grecs ont pris l'habitude de tout réussir à la dernière minute", souligne le quotidien britannique Daily Telegraph tandis que le Premier ministre, Tony Blair, qui a assisté à la cérémonie, l'a qualifiée de "fantastique, d'absolument fantastique"
Le quotidien sportif français L'Equipe considère que "les Jeux de la XXVIIIe Olympiade se sont ouverts en une nuit magique".
Le New York Times a souligné combien la soirée athénienne de vendredi avait su concilier "un spectacle purement formel renvoyant aux figures mythologiques de la Grèce antique avec les nécessités modernes de l'âge moderne du terrorisme".
Le succès de cette cérémonie n'a pas seulement réjoui les dix millions de Grecs habitant la péninsule mais aussi les sept millions de leurs compatriotes résidant à l'étranger, aussi fiers qu'après le titre de champion d'Europe acquis par leur équipe de football en juillet dernier.


          

               


Vendredi 30 Juillet 2004





 


Tous Les sites des JO d'Athènes sont opérationnels

ATHENES (Reuters) - Les organisateurs des Jeux olympiques d'Athènes ont enfin pu crier victoire vendredi, tous les sites et les infrastructures de transport étant opérationnels à deux semaines de la cérémonie d'ouverture.
Avec l'inauguration de la ligne ferroviaire reliant l'aéroport au centre-ville, l'ensemble des services de transport fonctionnent désormais et le village olympique a accueilli ses premiers athlètes.
"C'est un grand jour, tous les sites ont été livrés", s'est félicité Spyros Capralos, secrétaire général du Comité d'organisation, lors d'une conférence de presse.
"Les Jeux ont commencé pour nous avec l'ouverture du village olympique."
Les organisateurs s'étaient engagés à ce que tous les sites soient terminés avant la fin du mois de juillet. Capralos a cependant reconnu que les travaux se poursuivaient à l'intérieur de certaines enceintes sportives.
Les travaux devraient ainsi continuer jusqu'à la dernière minute à l'intérieur du stade olympique de 80.000 places où auront notamment lieu les épreuves d'athlétisme et la cérémonie d'ouverture.
Au village olympique, situé dans le nord-ouest de la capitale, les premiers participants sont arrivés et ont commencé à s'installer.
Au total, 10.500 athlètes originaires de 202 pays sont attendus à Athènes.
Après plusieurs années à subir les critiques à propos de la lenteur et du coût des travaux, plusieurs ministres grecs ont fait part vendredi de leur satisfaction.
Fani Palli-Petralia, vice-ministre de la Culture chargée des préparatifs des JO, a affirmé qu'Athènes était "prête à tous points de vue".
Le ministre des Transports, Michalis Liapis, a de son côté estimé que l'ouverture de la ligne ferroviaire vers l'aéroport était une victoire pour les organisateurs.
"Malgré le fait que personne ne pensait il y a quelques mois que le train de banlieue serait achevé, malgré les inquiétudes du Comité international olympique, (...) nous avons réussi", a-t-il dit.
Le CIO avait mis en garde les organisateurs grecs en 2000 et avait prévenu que les Jeux risquaient d'être retirés à Athènes si les problèmes et les retard de construction n'étaient pas réglés rapidement.
Les JO vont finalement coûter sept milliards de dollars à la Grèce, soit deux fois plus que les Jeux de Sydney en 2000 et 30% de plus que ce qui avait été initialement prévu
 


Lundi 05 Juillet 2004




 



 



 

            

EURO 2004 : la Grèce championne de l'Euro 2004 !
2004, l'année de la Grèce


ATHENES (Reuters) - Surpris et heureux, des millions de Grecs à travers le monde ont manifesté leur joie après la victoire 1-0 de leur équipe en finale de l'Euro 2004 face au Portugal dimanche.
"C'est une victoire pour les Grecs du monde entier, nous espérons leur avoir communiqué une partie de notre joie, quelque chose dont ils se souviendront", a souligné le capitaine des nouveaux champions d'Europe, Theodoros Zagorakis. Pourtant donnée vainqueur à 80 contre 1 par les bookmakers londoniens, la Grèce a remporté le tournoi, éliminant la Russie, l'Espagne, la France, la République tchèque et battant en finale le Portugal.
"C'est réel, le rêve est devenu réalité, nous avons soulevé la Coupe, nous sommes au septième ciel", s'est exclamé un commentateur sur la télévision publique grecque, appelant ses concitoyens à faire la fête toute la nuit.
"L'âme grecque, soutenue par la méthode allemande, a triomphé", souligne Aspasia Vlahou en se dirigeant vers le centre-ville d'Athènes pour fêter dignement la victoire des hommes d'Otto Rehhagel.
Peu de temps après le coup de sifflet final, des millions de Grecs sont descendus dans les rues, dans ce qui est devenu un rituel suivant chaque victoire.
"C'est extraordinaire ce que le football est parvenu à accomplir en Grèce. Il a réuni les Grecs du monde entier, ce dont la politique est incapable", s'est félicité Rehhagel.
Les principales artères des grandes villes grecques ont été envahies par des supporteurs aux couleurs de leur équipe, célébrant la victoire par des chants, des klaxons ou des fumigènes, comme à Athènes, où des milliers de personnes se sont données rendez-vous.
"Ce soir, on va faire la fête. La Grèce ne va pas dormir. Personne n'ira travailler demain", précise Mary Markri, fonctionnaire.
La fête a commencé dès le but d'Angelos Haristeas, inscrit à la 57e minute du match. La Grèce a alors doucement basculé dans une atmosphère d'euphorie collective.
Le Premier ministre du pays, Costas Karamanlis, n'a pas été le dernier à s'enthousiasmer, serrant les poings et gesticulant dans la tribune d'honneur du stade de la Luz.
"Aujourd'hui, les garçons ont fait ce qu'il fallait. Ils ont offert à la Grèce une grande victoire. Avec cette victoire, ils ont offert de la joie aux Grecs du monde entier et nous leur devons un grand merci (...) C'est la meilleure publicité possible pour les Jeux Olympiques", a-t-il estimé.
"Ce fut une incroyable épopée dès le début, mais l'équipe a cru en elle et a réalisé tous nos rêves", s'est réjoui Periklis Giannaris, la voix cassée par les encouragements.
Cette victoire historique a mis en transe les Grecs du monde entier, de New York à Melbourne en passant par Berlin et Londres.
"Nous avons hurlé tout le long du match, nous sommes fous de joie, nous allons envahir les rues de la ville", a révélé Nikos Chatzigeorgiou, étudiant à Londres.
Dans la partie grecque de Chypre et dans la capitale, Nicosie, des centaines de supporteurs se sont retrouvés pour manifester leur joie.
"Je savais que les Grecs pouvaient gagner, mais je suis très soulagé", souligne Michael Andreou, étudiant. "Nous n'allons pas dormir de la nuit", ajoute-t-il, au son du bouzouki, instrument de musique traditionnel grec.
Dimanche soir, presque 90% des Grecs étaient devant leur télévision pour suivre la finale. A Athènes, ils étaient 250.000 à s'être réunis dès le coup de sifflet final pour fêter la victoire. Beaucoup portaient des T-shirts proclamant "2004, l'année de la Grèce".


 


Dimanche 04 Juillet 2004






l'entraineur Otto Rehhagel et le gardien Antonis Nikopolidis
 


EURO 2004 :
la Grèce remporte la finale contre le Portugal
"La Grèce ancienne avait 12 Dieux, la Grèce Moderne en a 11"


LISBONNE (Reuters) - La Grèce a remporté l'Euro 2004 dimanche grâce à sa victoire 1-0 en finale sur le Portugal, pays hôte de l'épreuve. Un but d'Angelos Haristeas sur un corner à la 57e minute de jeu a suffi au bonheur de la Grèce, équipe surprise de la compétition et qui avait déjà martyrisé le Portugal en match d'ouverture du tournoi.
La Grèce s'est imposée trois fois consécutivement sur le score de 1-0 en quart contre la France, en demi contre la République tchèque puis en finale pour remporter son premier trophée international.
Le début de match est en tout point fidèle aux attentes des observateurs. Devant son public, le Portugal prend le jeu à son compte, s'installe dans le camp adverse et tente de déstabiliser une équipe grecque solidement ancrée devant son but. Mais chaque incursion des Grecs, habiles techniquement, dans la moitié de terrain portugaise semble pouvoir se conclure par un but.
Lorsque l'arbitre allemand Markus Merk siffle la mi-temps, les Portugais ne se sont toujours pas montré dangereux sur le but d'Antonis Nikopolidis.
La Grèce surprend finalement le Portugal au plus fort de la domination des hommes de Luiz Felipe Scolari en début de seconde période. Sur un contre, les Grecs obtiennent un corner qu'une tête de Haristeas convertit en but.
Après ce coup de poignard, la domination portugaise reprend de plus belle mais reste stérile en occasions de but.
Une dernière frappe de Figo à la 90e minute ne change rien. La Grèce tient son premier trophée international.
 


Dimanche 04 Juillet 2004





 


EURO 2004 :
Portugal-Grèce, une finale au goût de revanche

ATHENES (AFP) - Le Premier ministre grec Costas Caramanlis se rendra à Lisbonne dimanche pour assister à la finale de l'Euro-2004 de football entre le Portugal et la Grèce, a annoncé vendredi son porte-parole, Théodoros Roussopoulos lors de son point de presse quotidien.
M. Roussopoulos a félicité au nom du gouvernement les joueurs et particulièrement le sélectionneur allemand Otto Rehhagel, pour la victoire inattendue des Grecs (1-0, but en argent) jeudi soir à Porto (Portugal) face à la République tchèque qui était pourtant favorite.
M. Caramanlis doit quitter Athènes samedi après-midi, a-t-on appris auprès de ses services de presse.
Plus de 40 avions charters devraient quitter Athènes et Salonique (deuxième ville grecque, nord) les deux prochains jours pour transporter près de 6.000 supporteurs grecs vers Lisbonne, a par ailleurs indiqué Yannis Evangélou, le président de l'association des voyagistes grecs (HATTA). Ils rejoindront quelque 10.000 supporteurs grecs déjà sur place.
Des centaines de milliers des Grecs ont fêté pendant toute la nuit à travers le pays la victoire de l'équipe nationale qui, pour la première fois de son histoire, a accédé en finale d'une compétition internationale.
La présidente du comité des organisateurs des jeux Olympiques d'Athènes (ATHOC), Gianna Angelopoulos-Daskalakis, a remercié les joueurs de l'équipe grecque qui ont été "les meilleurs ambassadeurs pour les jeux Olympiques" d'Athènes (13-29 août).
 


Jeudi 01 Juillet 2004



 


Les t
ortues caretta-caretta en danger, faute de fonds

ATHENES (AFP) - Près de 27 sites protégés en Grèce dans le cadre du réseau européen Natura 2000, notamment celui accueillant l'espèce rare de tortues caretta-caretta, sont en danger, en raison du blocage du financement par le nouveau gouvernement conservateur, ont affirmé jeudi des ONG.
Selon la section grecque de l'Union méditerranéenne pour la protection des tortues maritimes (Medasset) et notamment de l'espèce caretta-caretta sur l'île de Zante en mer Ionienne (ouest), le gouvernement a cessé en avril dernier de financer le site de Zante "à une période particulièrement sensible pour la reproduction" des tortues.
Pour Meddaset qui accuse le gouvernement "de ne pas s'intéresser à la protection de l'environnement", cette politique va conduire à la "destruction totale" des 27 parcs grecs naturels prévus dans le cadre du réseau Natura 2000.
A ce jour, sur ces 27 parcs, seul celui de Zante est en fonctionnement avec un personnel chargé de sa mise en valeur.
La Grèce avait été condamnée en 2002 par la Cour de justice européenne pour défaut de protection des tortues caretta-caretta.
Le directeur du ministère grec de l'Environnement, Yannis Vournas, a confirmé à l'AFP la suspension du financement des sites Natura en raison, selon lui, d'une réévaluation des différents postes budgétaires après les élections législatives de mars dernier remportées par les conservateurs. M. Vournas a toutefois assuré que l'argent devrait finir par être débloqué.
Pour la présidente de Meddaset, Lili Vénizelou, "le blocage des fonds est dû aux dépenses importantes consacrées aux Jeux olympiques, qui ne laissent pas assez d'argent pour l'environnement".
Un argument rejeté par M. Vournas qui souligne que les sommes prévues ne sont pas énormes et que l'Etat va prochainement "donner 70.000-90.000 euros pour le fonctionnement de Zante" (Zakynthos)
 


Jeudi 01 Juillet 2004






 


EURO 2004 : la Grèce se qualifie en finale

PORTO (Reuters) - L'équipe de Grèce s'est qualifiée jeudi pour la finale de l'Euro 2004 en battant 1-0 sur un but en argent de Traianos Dellas une République tchèque qui n'est jamais parvenue à retrouver le niveau de jeu de ses matches précédents.
La finale opposera donc dimanche la Grèce au Portugal qui s'était qualifié mercredi aux dépens des Pays-Bas 2-1.
A la toute dernière seconde de la première prolongation, Dellas a marqué de la tête sur corner le but de la victoire grecque.
"Je dois dire que la façon dont nous avons perdu est paradoxale. En trois ans et 30 matches à la tête de la sélection, c'est le premier but que nous encaissons sur corner et en plus, dans les dernières secondes", a regretté le sélectionneur tchèque Karel Brückner.
L'auteur du tout premier but en argent dans une grande compétition internationale était aux anges: "Aujourd'hui, nous avons fait quelque chose d'unique. Nous méritons d'être en finale, nous avons prouvé que nous avons une bonne équipe, bien organisée. Et, à la fin, Dieu nous a aidés."
"Le conte de fées continue, c'est incroyable ce que les joueurs ont fait", s'est exclamé le sélectionneur de la Grèce, Otto Rehhagel. "C'est un vrai miracle. Les Tchèques étaient meilleurs techniquement mais nous y avions mis davantage de passion et de volonté."
 Trois minutes plus tard, Malgré les efforts tchèques, le temps réglementaire s'achève sur le score de 0-0.
La première période des prolongations est largement à l'avantage des Grecs, en bien meilleure condition physique que leurs adversaires, qui ont bénéficié de deux jours de repos en moins depuis leur quart de finale.
A la 105e minute, soit à quelques secondes de la fin de la première mi-temps des prolongations, la Grèce obtient un corner. Tsartas, d'une frappe tendue, trouve à nouveau Dellas qui, à la lutte avec Rene Bolf au premier poteau, parvient à couper la trajectoire du ballon. L'arbitre Pierluigi Collina siffle dans la foulée la fin du match.
"Je me suis aperçu lorsque nous avons obtenu le corner que l'horloge indiquait 14 minutes et 36 secondes. Je me suis dit que nous devions le faire maintenant. Quelqu'un m'a entendu", a expliqué le défenseur central grec, héros de tout un peuple.
"Cela prouve que la dernière minute est toujours source de danger (...) Nous sommes déçus par le résultat", a déclaré de son côté Brückner.
Otto Rehhagel, surnommé Rehhaclès par la presse allemande, a réussi un incroyable exploit, celui de conduire en finale du championnat d'Europe des nations une équipe composée de joueurs évoluant dans le championnat grec ou n'étant pas titulaires dans d'autres clubs européens. L'entraîneur se retrouve désormais face à son plus grand défi: gagner la finale.
"Nous avons battu le Portugal lors du premier match mais ils sont parvenus à rester dans le tournoi. Pour eux, c'est la finale rêvée. Ils ont l'occasion de prendre leur revanche", a souligné Rehhagel.
 


Vendredi 25 Juin 2004




 

EURO 2004 : la Grèce élimine la France 1-0

LISBONNE (Reuters) - La Grèce, invitée surprise des quarts de finale, a piégé la France, championne en titre battue 1-0, pour s'offrir une place dans le dernier carré de l'Euro 2004, vendredi au stade Jose Alvalade de Lisbonne.
Les hommes d'Otto Rehhagel ont confirmé que leur victoire en match d'ouverture du tournoi contre le Portugal (2-1) ne devait rien au hasard.
Ils enregistrent au passage leur première victoire en sept confrontations avec l'équipe de France et se ménagent une demi-finale contre le vainqueur du match entre la République tchèque et le Danemark, dimanche.
Pour les Bleus, le coup est rude. La bande de Jacques Santini, qui s'apprête à rejoindre Tottenham Hotspur, n'a pas produit le jeu attendu d'elle.
Sans imagination ni peps, les Bleus ont constamment buté sur le rideau défensif adverse. Pire, ils n'ont que rarement donné l'impression de pouvoir accélérer le rythme d'une médiocre partie.
Visiblement décidés à jouer eux aussi le contre, les Bleus se faisaient une grosse frayeur au quart d'heure de jeu. Fabien Barthez sauvait sur sa ligne un tir de Konstantinos Katsouranis consécutif à un coup franc de Georgios Karagounis.
A la 37e, Panagiotis Fyssas obligeait Barthez à détourner sur sa barre une reprise de demi-volée de 25 mètres. Les Français craignaient visiblement un contre grec et n'osaient pas donner l'assaut.
A la pause, les hommes d'Otto Rehhagel menaient deux occasions franches à presque rien pour des champions d'Europe incapables de donner de la profondeur à leur jeu.
Dès la quatrième minute de la seconde période, Henry s'offrait une chance d'ouvrir la marque d'une reprise en pivot qui flirtait avec le poteau de Antonios Nikipolidis.
L'approche de l'heure de jeu sonnait le réveil français. Lizarazu, puis David Trezeguet et William Gallas faisaient passer trois frissons dans la surface grecque en l'espace de deux minutes.
Mais c'est le camp bleu qui basculait dans le cauchemar à la 65e minute. Sur un centre de Theodoros Zagorakis, Angelos Haristeas, démarqué au point de penalty trouvait la lucarne gauche de Barthez d'une tête puissante.
Jeudi 1 Juillet, la Grèce rencontrera en demi finale, la République Tchèque.
 


Vendredi 25 Juin 2004






 

Une traversée de Paris de prestige pour la flamme olympique

PARIS (Reuters) - Portée par les plus grands champions français, quelques vedettes du show business et une poignée d'inconnus, la flamme olympique a visité les plus beaux sites de Paris, vendredi, sur sa route entre Sydney et Athènes.
Le judoka David Douillet, champion olympique à Sydney a été le premier porteur à la mi-journée au prix d'une descente en rappel du toit du Stade de France après l'arrivée de la flamme sur l'aéroport du Bourget en provenance de Lausanne.
Le dernier relais était assuré par l'athlète Stéphane Diagana.
L'escrimeuse Laura Flessel était chargée d'allumer la vasque olympique sur le Champ de Mars avant que la flamme ne reparte pour Le Bourget d'où elle devait repartir pour Londres samedi matin.
Au total, 137 relayeurs ont eu l'honneur de participer à cette traversée de prestige de la ville de Paris, heureuse de profiter de l'aubaine pour mettre en évidence sa candidature à l'organisation des Jeux Olympiques de 2012.
Alain Mimoun, champion olympique du marathon en 1956, était du nombre.
Colette Besson, médaille d'or du 400 mètres en 1968, Yannick Noah, vainqueur des Internationaux de France de tennis en 1983, Marie-José Perec, triple championne olympique en en 1992 et 1996, Fabien Galthié ancien capitaine de l'équipe de France de rugby, aussi.
D'autres, acteurs, personnalités de télévision, ont assuré le côté paillette de l'opération.
D'autres enfin, dont des clowns, des pompiers, la garde républicaine à cheval, des musiciens ont fait le spectacle tout au long du parcours.
De main en main, la flamme a couru de Montmartre à la Tour Eiffel en passant par le Louvre, la Sorbonne, le Stade de Roland-Garros, le Panthéon, la place de la Bastille et même le cimetière du Père Lachaise.
L'opération organisée par la mairie de Paris et le Comité national olympique avait un budget de 800.000 euros.
Partie d'Athènes le 2 juin, la flamme traverse pour la première fois les cinq continents avant de revenir le 9 juillet à Athènes où la cérémonie d'ouverture des Jeux d'été aura lieu le 13 août.


Dimanche 20 Juin 2004






Euro 2004: la Grèce en délire, se rue sur les billets


ATHENES (Reuters) - De nombreuses villes de Grèce ont vu leurs rues se remplir de supporteurs en délire qui, à coups de klaxon et de pétards, ont exprimé dimanche leur joie après la qualification de leur équipe pour les quarts de finale de l'Euro 2004. Drapés dans leur bannière nationale blanche et bleue et s'arrosant les uns les autres de champagne, les plus enthousiastes ont convergé dans le centre d'Athènes et de Thessalonique, deuxième ville du pays.
La place Syntagma d'Athènes, qui fait face au Parlement, s'est remplie de supporteurs dont les pétards ont déclenché un incendie. Quelques minutes à peine après la qualification inespérée de leur équipe, les Grecs se sont rués sur leurs téléphones pour réserver des billets d'avion pour le Portugal, où doit se jouer, jeudi à Lisbonne, le quart de finale pour lequel leur équipe nationale a décroché dimanche son sésame.
"Les gens sont fous de joie - il y a des centaines de personnes qui veulent des billets pour le Portugal", a déclaré le porte-parole d'une importante agence de voyages, Cool Tour Operators. Il a ajouté que son personnel serait mobilisé toute la nuit pour mettre en place des charters à destination de Lisbonne, afin de satisfaire la demande.
Les supporteurs grecs ont connu le chaud et le froid dimanche, leur équipe perdant dans un premier temps 2-0 face à la Russie lors de leur dernier match de poule. Par la suite, la frappe de l'attaquant Zisis Vryzas, juste avant la mi-temps, leur permettait de revenir à 2-1. La victoire du Portugal par un but à zéro face à l'Espagne faisait ensuite des Grecs la deuxième équipe du groupe A, les qualifiant pour la suite du tournoi.

Les organisateurs des Jeux olympiques d'Athènes ont dit qu'ils s'inspireraient pour accomplir cette autre prouesse collective de la performance réalisée par l'équipe nationale de football - première du genre dans une compétition internationale.
"L'esprit d'équipe et la discipline ont permis à l'équipe nationale grecque de football de réaliser ce résultat", a déclaré un porte-parole du Comité organisateur des JO 2004, Serafim Kotrotsos.
"Nous espérons pour l'avenir des résultats encore meilleurs, et tout cela est très bon pour que les Jeux Olympiques d'août soient un succès." Les supporteurs grecs semblaient très fiers de leur équipe, qui jusque-là n'avait pas même de sobriquet en raison de son absence de la scène internationale. Aujourd'hui, elle en a un: "Les Pirates", en référence aux hold-ups que constituent les matches qu'ils ont remportés - contre toute attente.
Le héros du jour pourtant n'était peut-être pas Grec, puisque le sélectionneur allemand Otto Rehhagel est crédité d'avoir transformé en mêlant humour et fermeté d'éternels perdants en de véritables compétiteurs.
"Otto Rehhagel, cet Allemand est fou ! ", pouvait-on entendre dans les rues.
L'euphorie aidant, dans les talk-shows de la télévision grecque, dimanche, l'idée circulait que Rehhagel se voie accorder la nationalité grecque et le nom du sélectionneur allemand était même évoqué pour l'élection présidentielle de l'an prochain.
 

 


Mardi 1er Juin 2004


 

Présentation des tickets officiels des jeux Olympiques le 1er Juin 2004 à Athènes, en tout 5.3 millions de tickets seront vendus, 3 millions pour les visiteurs et 2.3 pour les familles des joueurs, sponsors.....


Jeudi 13 Mai 2004



 

 

 

 

Explosion d'une petite bombe devant une banque à Athènes

ATHENES (Reuters) - Un engin explosif de fabrication artisanale et de faible puissance a provoqué de légers dégâts jeudi matin devant une succursale athénienne de la banque Alpha Bank.Cette explosion, qui intervient trois mois jour pour jour avant l'ouverture des Jeux olympiques (13-29 août) dans la capitale grecque, n'a pas fait de victime.
Selon les forces de l'ordre, un autre engin de fabrication artisanale composé de bonbonnes de gaz a été découvert dans un sac devant une filiale du groupe bancaire géant HSBC dans la banlieue de Voula. Cet engin n'a pas explosé.
La semaine dernière, trois bombes avaient partiellement détruit un commissariat de police du centre d'Athènes, provoquant un certaine inquiétude malgré le milliard d'euros dépensés par les autorités grecques pour assurer la sécurité des JO.
Jeudi, les trois attentats de la semaine passée ont été revendiqués par un groupuscule grec intitulé "Lutte révolutionnaire" désireux de protester contre le renforcement des mesures de sécurité à l'approche des JO. "Concernant les JO, nous affirmons que la transformation de la Grèce en une forteresse, l'implication de l'Otan, la présence et les agissements de services de renseignements étrangers montrent à l'évidence que (les JO) ne seront pas une fête comme l'affirment les organisateurs, mais une guerre", déclare "Lutte révolutionnaire" à l'hebdomadaire To Pontiki.
Les forces de sécurité grecques sont en état d'alerte élevé en prélude aux JO d'été, les premiers organisés depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.


Jeudi 6 Mai 2004




(de gauche à droite) Le Premier Ministre Grec Costas Karamanlis, son homologue Turc Tayyip Erdogan, sa femme Emine Erdogan et la femme de Karamanlis Natassa admirent un tapis, cadeau d'échangependant la cérémonie de bienvenue dans le bureau du Premier Ministre Grec à Athenes.

 



Le Maire Grec d'Athenes Dora Bakoyannis remet au Premiee Ministre Turc Recep Tayyip Erdogan la médaille d'or du mérite lors de la cérémonie de bienvenue.


Erdogan à Athènes pour ouvrir une "nouvelle page" du dialogue gréco-turc


ATHENES  - Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan entame jeudi soir une visite de trois jours en Grèce qui doit, selon son homologue Costas Caramanlis, "ouvrir une nouvelle page" dans les relations turco-grecques, en dépit du blocage du dossier chypriote. Dans un effort pour souligner les bonnes relations personnelles entre les deux hommes, M. Caramanlis recevra son hôte dans sa villa de Rafina, une station balnéaire au nord-est d'Athènes, pour un dîner privé. Ce n'est que le lendemain que M. Erdogan, qui sera accompagné d'une importante délégation d'hommes d'affaires turcs, s'entretiendra officiellement avec M. Caramanlis et sera reçu par le chef de l'Etat Costis Stéphanopoulos. "Nous souhaitons ouvrir une nouvelle page dans nos relations. Nous désirons établir des relations permanentes d'amitié, de coopération et de bon voisinage sur la base des principes et des valeurs de l'Union européenne", a affirmé le Premier ministre grec à l'agence semi-officielle turque Anatolie.
Cette visite "confirme que les relations gréco-turques évoluent dans un climat qui s'améliore et qui s'approfondit continuellement", avait assuré pour sa part le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Georges Koumoutsakos.
Elle intervient pourtant après le rejet par les Chypriotes grecs le 24 avril du plan Annan pour la réunification de l'île qui a écarté les Chypriotes turcs de l'adhésion de l'île à l'Union européenne le 1er mai.
Mais malgré cet échec, les dirigeants grecs ont toujours eu à coeur de réaffirmer l'importance que revêt, à leurs yeux, l'approfondissement de la relation Athènes-Ankara.
Ainsi M. Caramanlis, qui avait apporté un soutien timide au plan Annan, avait souligné que l'échec des référendums chypriotes ne devait en aucun cas porter ombrage à "la perspective européenne de la Turquie".
Le chef de la diplomatie grecque, Pétros Molyviatis, avait lui aussi insisté sur le fait que la normalisation des relations gréco-turques constituait "un objectif stratégique" de la politique grecque.
M. Erdogan se rendra samedi en visite privée en Thrace occidentale (nord-est) pour rencontrer la minorité musulmane d'origine turque.
Le fait que le gouvernement grec ait accepté cette visite en Thrace, la première d'un dirigeant turc de ce niveau depuis plus d'un demi-siècle, "est le signe du grand changement dans les relations gréco-turques depuis les années 90", soulignait jeudi le journal Makedonia de Salonique (nord).
Les deux parties doivent en outre passer en revue l'application de la dizaine d'accords signés entre les deux pays depuis l'amélioration de leurs relations en 1999, et tenter de leur donner un nouveau dynamisme.
Outre ces accords, Athènes et Ankara poursuivent des "contacts exploratoires" destinés à régler les problèmes de souveraineté en mer Egée, notamment la délimitation du plateau continental, une des questions majeures qui opposent les deux capitales.

 

 

 

 


Mercredi 5 Mai 2004



 

Un poste de police d'Athènes endommagé par des bombes

ATHENES (Reuters) - Trois bombes ont explosé devant un commissariat de police du centre d'Athènes dans la nuit de mardi à mercredi, provoquant de gros dégâts sur la partie arrière du bâtiment mais sans faire de victimes, a déclaré un responsable de la police. Le quartier avait été bouclé et le commissariat évacué après un avertissement anonyme adressé à un journal, a-t-il ajouté. Le correspondant n'avait donné que dix minutes à la police pour découvrir les engins, a-t-il précisé.
Les bombes étaient reliées à un minuteur. Les deux premières ont explosé en l'espace de cinq minutes, la troisième a sauté une demi-heure plus tard alors que des démineurs l'étudiaient. Un policier a alors été légèrement blessé et hospitalisé.
Le commissariat visé était situé à Kalithea, proche de plusieurs hôtels qui abriteront des responsables du mouvement olympique pendant les Jeux d'Athènes du 13 au 29 août.
"A seulement trois mois des Jeux, la police traite cette affaire très au sérieux. Trois bombes sophistiquées qui explosent devant un poste de police, c'est assez sérieux aux yeux de la police", a encore déclaré le responsable.
Le nombre d'attentats en Grèce a diminué depuis le démantèlement en 2002 du groupuscule du 17-Novembre.
Mais le problème de la sécurité reste l'un des enjeux majeurs des JO d'Athènes, en raison du contexte international tendu et de la cible privilégiée que constitue un tel événement très médiatisé.


Samedi 24 Avril 2004

 












 


Les Chypriotes grecs rejettent le plan de réunification


NICOSIE (Reuters) - En dépit des pressions conjuguées de l'Onu, de l'Union européenne et des Etats-Unis, les Chypriotes grecs ont rejeté à 75% le plan de réunification de l'île soumis à référendum samedi, d'après des sondages réalisés à la sortie des urnes pour la chaîne de télévision Mega Channel.
Une estimation réalisée pour la chaîne de télévision NTV, indique en revanche que les Chypriotes turcs auraient approuvé le plan de l'Onu par 60% contre 40%. Après dépouillement de 50% des suffrages exprimés dans la partie grecque, la commission électorale indique que le 'non' recueille 76% des voix et le oui, 23%. Le rejet du plan de réunification par la partie sud de l'île signifie que seuls les 600.000 Chypriotes grecs intégreront l'Union européenne le 1er mai.

"La Commission européenne regrette profondément que la communauté grecque chypriote n'ait pas approuvé le plan de règlement global du problème de Chypre, mais elle respecte la décision démocratique de la population", déclaré l'exécutif européen dans un communiqué. "Une occasion unique pour parvenir à une solution à la question de longue date de Chypre a été ratée" . Les électeurs de la partie hellénophone ont estimé que le texte ne leur accordait pas suffisamment de territoires et de garanties concernant le retrait du contingent de 30.000 hommes qu'Ankara entretien dans la partie nord de l'île depuis son invasion en 1974.

Le rejet du plan côté hellénophone signifie la poursuite de l'isolement diplomatique pour leurs voisins turcophones, trois fois moins nombreux et dont le revenu moyen est trois fois inférieur.
La frontière Sud-Est de l'Union européenne sera donc matérialisée le 1er mai par la "ligne verte" qui sépare les deux communautés, sur laquelle veillent 1.200 casques bleus.
Mehmet Ali Talat, Premier ministre de la partie nord de l'île, avait pour sa part invité la communauté internationale à alléger les sanctions imposées à son administration en cas d'approbation du plan côté turc et de rejet côté grec.
"Si nous disons 'oui' nous n'accepterons pas l'esclavage du 'non' des Chypriotes grecs", avait-il déclaré à la presse. "Pour nous, l'aspect le plus crucial est la levée des embargos."
En raison de ces sanctions la République turque de Chypre Nord (RTCN) n'a pas de liens commerciaux, de voies de communications ou de transport la liant à d'autres pays que la Turquie.
Les Etats-Unis ont fait savoir qu'ils ne laisseraient pas les Chypriotes turcs "dehors dans le froid" en cas d'approbation du plan.
 


Vendredi 9 Avril 2004

 

Paques

Paques Orthodoxe a été fêté en Grèce, des milliers de fidèles ont assisté à des messes de minuit à travers tout le pays. Ils étaient éclairés par des cierges dont la flamme, distribuée à des milliers d'églises à travers le pays, avait été allumée samedi en la basilique du Saint-Sépulcre de Jérusalem, sur le tombeau présumé du Christ, avant d'être amenée en Grèce par un avion spécialement affrété par le gouvernement.

 


Mercredi 7 Avril 2004

 

un séisme modéré secoue le nord de la Grèce

ATHENES (AP) - Un séisme modéré le nord de la Grèce mercredi mais on ne déplore ni blessé ni dégâts, ont annoncé les autorités.

Le tremblement de terre d'une magnitude préliminaire de 5,2 sur l'échelle de Richter s'est produit à 4h32 (1h32 GMT) près de la frontière avec l'Albanie à environ 70km à l'ouest de la ville grecque de Florina, a précisé l'Institut de géodynamique d'Athènes

Samedi 3 Avril 2004


 

 

Plus de 5.000 Chypriotes manifestent contre le plan de réunification

NICOSIE (AFP) - Plus de 5.000 Chypriotes grecs ont manifesté samedi soir à Nicosie contre le plan de réunification de l'Onu qui doit être soumis à référendum le 24 avril, a constaté un correspondant de l'AFP.
Les manifestants se sont rassemblés sur la place centrale de la partie grecque de la capitale, brandissant des drapeaux chypriotes, grecs et européens, mais aussi des pancartes sur lesquelles était simplement écrit "non".
Il s'agissait de la première manifestation du genre depuis que le secrétaire général de l'Onu Kofi Annan a présenté la version finale de son plan de réunification de l'île divisée depuis près de 30 ans, après l'échec en Suisse de négociations entre Chypriotes grecs, Chypriotes turcs, Grèce et Turquie.
"Nous voulons une solution, pas une dissolution", ont crié les manifestants, rassemblés notamment à l'appel de comités contre le plan, mais aussi du parti socialiste Edek (membre de la coalition au pouvoir) et des Verts.
De hauts responsables de l'influente église orthodoxe de Chypre, elle aussi opposée au plan Annan, ont également assisté à la manifestation.
Le député écologiste George Perdikès a affirmé devant la foule : "Nous voulons une solution juste et viable basée sur (le respect) des droits de l'Homme, mais pas celle-là (...) Nous ne nous soumettrons pas aux pressions (des partisans) du oui".
Le plan de l'Onu prévoit une République unifiée de Chypre sur le modèle fédéral rassemblant deux Etats constituants, l'un chypriote-grec et l'autre chypriote-turc, ainsi que des ajustements territoriaux et des mesures compensatoires.
Mais cette réunification ne sera acquise que si le "oui" l'emporte au référendum dans les deux parties de l'île. En cas de persistance de la division, seule la partie grecque rejoindra l'Union européenne (UE) le 1er mai.
Les sondages publiés jusqu'ici montrent une forte prévalence du "non" dans la partie grecque, tandis que le "oui" semble devoir l'emporter dans la partie turque.
L'UE et la communauté internationale souhaitent l'adoption de ce texte, sur lequel tant les responsables gouvernementaux chypriotes-grecs que grecs ont exprimé leur désaccord, estimant qu'il faisait la part trop belle aux revendications turques et chypriotes-turques.
Le président chypriote-grec Tassos Papadopoulos, qui s'était dit "déçu" à son retour de Suisse, a indiqué qu'il s'adresserait bientôt à son peuple pour donner sa position officielle sur le plan.

 

Jeudi 24 mars 2004

 


 


La cérémonie s'est déroulée devant la façade d'un temple jadis dédié à la déesse Héra, qui était vénérée pendant les Jeux antiques.

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

OLYMPIE, Grèce (Reuters) - La torche olympique a été allumée jeudi par une prêtresse grecque d'Olympie qui l'a ensuite transmise au premier des multiples relayeurs qui lui feront faire un tour du monde avant son arrivée en août, à Athènes, pour les Jeux 2004. Semblant recevoir le feu d'Apollon, dieu grec du soleil, la grande prêtresse, jouée par l'actrice Thalia Prokopiou, a levé au ciel la torche, qui s'est embrasée grâce au passage des rayons du soleil sur un miroir en acier poli.
"Apollon, dieu du soleil et de la lumière, envoie-nous tes rayons pour allumer la torche d'Athènes", a clamé la prêtresse au milieu des ruines d'Olympie, théâtre de la naissance des Jeux antiques.
Elle a ensuite transmis la torche au champion grec du javelot, Costas Gatzioudis, premier des relayeurs qui, pour la première fois, transporteront la flamme olympique sur les cinq continents. Cette torche de métal et de bois, sculptée à la forme d'une rameau d'olivier, voyagera pendant 78 jours, passant pour la première fois en Afrique et en Amérique latine. La flamme devait ensuite entamer un vaste périple de quelque 78.000 km d'abord en Grèce, avec une longue étape à Athènes, puis dans le monde entier.
Ce relais, une institution instaurée aux JO de Berlin de 1936, amènera en effet pour la première fois la flamme sur les cinq continents. Elle sera également convoyée dans toutes les villes ayant accueilli les jeux Olympiques modernes depuis ceux de 1896 à Athènes, une première également.
A 141 jours de l'ouverture des Jeux d'Athènes, cette cérémonie a relégué un temps les inquiétudes liées au retard dans l'organisation de l'événement et à sa sécurité au second plan.
Dix mille personnes ont assisté jeudi à la cérémonie, encadrée par un imposant dispositif de sécurité. Les véhicules étaient interdits dans un rayon de trois kilomètres. Parmi les relayeurs qui se transmettront la torche, figurent notamment le prince Albert de Monaco, qui a participé à plusieurs Jeux d'hiver, ou encore Sergueï Boubka, ancien médaillé d'or du saut à la perche.
 


 

Jeudi 24 mars 2004


Olympie veut un plus grand rôle dans les Jeux et l'Olympisme


OLYMPIE (AFP) - Yannis Skoularikis, le maire d'Olympie, où sera allumée jeudi la flamme des Jeux d'Athènes, regrette qu'un plus grand rôle n'ait pas été accordé à sa ville en cette année si spéciale pour la Grèce et revendique une plus grande place dans l'Olympisme.
"L'Olympisme appartient à Olympie, martèle-t-il. Pourtant notre ville ne joue pas le rôle qu'elle aurait dû jouer dans ces Jeux ni dans les institutions olympiques".
M. Skoularikis n'a même pas été apaisé par la décision des organisateurs de déplacer à Olympie le concours du lancer de poids masculin et féminin initialement prévu au stade olympique d'Athènes avec les autres épreuves d'athlétisme.
Pour lui, cette décision "n'a rien vraiment changé". Il n'apprécie pas non plus d'avoir eu droit seulement à deux minutes pour son discours lors de la cérémonie d'allumage et se plaint que pas un centime des "énormes masses d'argent" brassées par les Jeux ne revienne à sa ville.
Pourtant ce ne sont pas ces considérations économiques qui motivent sa colère. "Ce que nous voulons ce ne sont pas plus de touristes, mais une véritable place dans la diffusion des valeurs de l'Olympisme", insiste-t-il.
Ainsi souhaiterait-il que le président du Comité international olympique (CIO) soit toujours élu dans sa ville ou que des Jeux culturels y soient organisés les semaines qui précèdent les compétitions sportives pour rappeler la "dimension spirituelle" des Jeux antiques.
Cette dimension spirituelle est censée être déjà défendue par l'Académie olympique qui a son siège aux abords de la ville, à quelques encablures seulement du site antique. Juste à côté, dans une petite clairière proche de la route, repose le coeur du baron Pierre de Coubertin, le père des jeux Olympiques modernes, autre symbole du lien entre Jeux passés et présents.
Le commerce est pourtant la principale raison d'être de cette petite ville. Elle ne vit que par le tourisme et ressemble à un amoncellement d'hôtels et d'échopes de souvenirs, autour de la rue centrale, qui se vide l'hiver et où la plupart des gens qui y travaillent ne vivent pas.
Olympie, berceau des Jeux, est d'ailleurs le sixième site antique le plus visité de Grèce, derrière l'Acropole d'Athènes, Cnossos en Crète, l'Acropole de Lindos à Rhodes, Epidaure et Delphes.

Pour le touriste, cette visite à un petit goût désuet où la pauvreté des moyens contraste de manière saisissante avec ceux du somptueux musée olympique du CIO à Lausanne.
 

Jeudi 18 mars 2004

 

 Costas Caramanlis et le Président Chypriote Tassos Papadopoulos

 


Le Premier ministre grec se rendra aux négociations sur Chypre

ATHENES (AFP) - Le Premier ministre grec Costas Caramanlis se rendra le 28 mars en Suisse pour participer aux négociations sur la réunification de Chypre, a indiqué jeudi un porte-parole du gouvernement.

M. Caramanlis a répondu à l'invitation du secrétaire général de l'ONU Kofi Annan qui avait demandé aux deux Premiers ministres, grec et turc, d'être présents au dernier jour de ces négociations, qui devraient débuter le 23 mars à Bürgenstock, une commune proche de Lucerne (Suisse), mais les négociateurs ont d'ores et déjà reconnu qu'ils ne parviendraient pas à un accord d'ici là.

Les négociations à quatre en Suisse se poursuivront au plus tard jusqu'au 28 mars, après quoi, en cas de désaccord, M. Annan serait seul arbitre du projet à soumettre à référendum, dans le nord et sud de l'île, le 20 avril. Mercredi soir, le dirigeant chypriote turc Rauf Denktash a annoncé qu'il ne participerait pas personnellement aux négociations quadripartites parce qu'il pensait qu'aucun progrès n'y serait possible en raison de l'intransigeance des Chypriotes grecs.

Mais, selon lui, les autorités turco-chypriotes seront représentées par d'autres responsables. Les négociations sont fondées sur le plan présenté par Kofi Annan fin 2002 qui prévoit une confédération chypriote sur le modèle helvétique. L'objectif de l'ONU est de parvenir à une réunification de l'île avant le 1er mai, date à laquelle la République de Chypre rejoindra --avec ou sans Chypre nord-- l'Union européenne. Chypre est divisée depuis 1974, date à laquelle l'armée turque a envahi le tiers nord de l'île en réponse à un coup d'Etat d'ultra-nationalistes chypriotes grecs qui voulaient rattacher l'île à la Grèce avec le soutien de la junte au pouvoir à Athènes

 

 

Vendredi 13 mars 2004

 

 

 

 

 

 

 


Athènes demande officiellement l'aide de l'OTAN

ATHENES (AP) - La Grèce a officiellement demandé l'aide de l'Otan vendredi pour l'aider à assurer la sécurité des prochains Jeux olympiques d'été (13 au 29 août).
Au lendemain des attentats terroristes perpétrés à Madrid, les autorités grecques rendues très nerveuses par cette tragédie, ont déployé dans les gares des unités de détection d'explosifs dotées de chiens spécialisées.Les dirigeants grecs avait déjà demandé la vigilance de l'Otan pour cette période, mais la demande écrite effectuée vendredi témoigne de leur préoccupation importante concernant la mise en place d'un dispositif de sécurité performant.
Un communiqué du Giorgios Koumoutsakos le porte-parole du ministre des Affaires étrangères explique que la Grèce a demandé cette assistance pour les domaines de la surveillance aérienne et maritime, et en cas d'incident chimique, biologique et nucléaire".
Il n'a pas été précisé quand l'Otan donnera sa réponse. Mais certains de ses dirigeants ont apporté leur soutien à une assistance durant les JO d'été.
"L'Otan peut apporter son aide. L'Otan apportera son aide", a déclaré le mois dernier à Athènes Jaap de Hoop Scheffer, le secrétaire général de l'Otan.
Plusieurs nations membres de l'Otan -la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Espagne et les Etats-Unis- font partie d'un groupe de réflexion sur la sécurité, comprenant sept membres, qui travaillent sur le sujet avec les organisateurs des Jeux. Les deux autres pays sont Israël et l'Australie. Les forces américaines et grecques sont aussi engagées dans des manoeuvres qui s'achéveront à la fin du mois.
La Force de réaction de l'Otan a été créée en octobre 2003, et elle est censée pouvoir déployer 22.000 hommes que ce soit dans le domaine aérien, maritime ou terrestre.
"Les autorités prennent toutes les mesures possibles", a déclaré le Lefteris Ikonomou, porte-parole de la police grecque.
Outre les forces de sécurité déployées dans les gares vendredi, les patrouilles des garde-côtes ont été intensifiées dans "tous les ports du pays".

Mardi 9 mars 2004


 

 

 

 

 



Le nouveau Premier ministre
Costas Caramanlis et le président grec Costis Stephanopoulos

 

 

 

 

 

Le nouveau Premier ministre grec prend les Jeux en main

ATHENES (Reuters) - Le nouveau Premier ministre grec Costas Caramanlis a pris lui-même en charge mardi le ministère de la Culture, dont dépend la préparation controversée des Jeux olympiques d'Athènes, et a confié les Affaires étrangères à un diplomate de carrière ami de sa famille.

Le nouveau gouvernement conservateur, où perce le souci de concilier expérience et sang neuf, est issu de la victoire du parti de la Nouvelle Démocratie (ND) aux législatives de dimanche, qui était attendue mais a surpris par son ampleur.
Les décisions clés sont la prise en main du portefeuille de la Culture par Caramanlis et la nomination au ministère des Affaires étrangères de Petros Molyviatis, 75 ans, l'un des diplomates les plus respectés du pays, qui devra notamment assumer les pourparlers sur la réunification de Chypre.
La présidente du comité organisateur des Jeux d'Athènes, Gianna Angelopoulos, également députée ND et proche amie de Caramanlis, agira sur les instructions du Premier ministre pour achever de nombreux centres de compétition - y compris le stade principal - dont la réalisation a pris du retard. Angelopoulos avait déploré à plusieurs reprises des relations tendues avec des ministres socialistes chargés de divers aspects de la préparation des Jeux du mois d'août, ses interlocuteurs refusant d'accepter ses priorités.
Comme on lui demandait si Caramanlis prenait maintenant le contrôle de l'ensemble des préparatifs olympiques, le porte-parole qui présentait le nouveau cabinet a répondu: "Oui. Il sera aux commandes. Il a barre sur tout le gouvernement."

Selon Thanos Veremis, de la Fondation hellénique pour la défense et la politique étrangère, Caramanlis est prêt à mettre en jeu sa réputation pour terminer les travaux nécessaires aux Jeux, qui sont pour la plupart en retard sur le calendrier:
"Il tient à afficher sa détermination et à faire clairement comprendre qu'il n'hésitera pas à traiter la question de front."
Pour José Garcia Zarate, consultant financier, "le fait que Caramanlis se réserve le ministère de la Culture est le signe le plus sûr à ce jour qu'il y a de sérieux problèmes dans les préparatifs olympiques".
Le ministère des Finances est attribué à l'économiste Georges Alogoskoufis, ce qui a donné lieu à une large approbation. Agé de 49 ans, Alogoskoufis a été l'artisan du programme de baisses d'impôts, d'incitations à l'investissement et de déréglementation du marché promis par les conservateurs.
"C'est une nomination faite pour plaire au marché", commente l'économiste Platon Monokroussos, d'EFG Eurobank. "C'est le meilleur candidat pour accélérer la déréglementation et les privatisations."
Pour les Affaires étrangères, Caramanlis a choisi en Molyviatis un diplomate chevronné qui a pris part à certaines des missions les plus délicates entreprises par son pays ces quarante dernières années.
Molyviatis avait quitté le ministère des Affaires étrangères en 1992 après avoir été en poste à Ankara et à Moscou notamment. Il a aussi été un pilier de l'équipe de négociateurs qui obtint en 1981 l'entrée de la Grèce dans la Communauté européenne. Molyviatis, qui n'était pas candidat aux législatives, a été un proche collaborateur de l'ancien Premier ministre Constantin Caramanlis, oncle de l'actuel, qui fit sortir la Grèce de la dictature militaire en 1974 et gouverna jusqu'en 1980.
Le nouveau chef de la diplomatie grecque doit engager des pourparlers avec la Turquie sur un projet de réunification de Chypre avant que l'île adhère officiellement à l'UE le 1er mai. Si les parties chypriotes grecque et turque ne parviennent pas à s'entendre avant le 22 mars, le plan de paix de l'Onu prévoit que leurs "mères patries", Grèce et Turquie, entrent dans les discussions pour tenter de surmonter les obstacles à temps pour un référendum panchypriote fixé au 20 avril.
La plupart des analystes s'attendent à ce que Molyviatis joue un rôle d'observateur/superviseur pour permettre à la Grèce de franchir les étapes de Chypre et des Jeux olympiques, e
t à ce qu'il cède son poste à un ministre plus jeune en fin d'année.

 

 

 

Lundi 8 mars 2004


Résultat des élections : les Grecs écartent les socialistes et élisent leur plus jeune Premier Ministre

Scène de liesse parmi les militants conservateurs grecs dans le centre d'Athènes. Les conservateurs grecs ont triomphé dimanche lors des élections législatives et reviennent au pouvoir après onze années de domination socialiste.
Après dépouillement des bulletins, la Nouvelle Démocratie de Costas Caramanlis (photo) obtient une avance d'environ cinq points sur le Pasok (Mouvement socialiste panhellénique) de George Papandréou
visant à pouvoir les 300 sièges de députés au Parlement monocaméral d'Athènes, 99,7% des bulletins étant dépouillés, selon les chiffres rendus publics lundi par le ministère de l'Intérieur:
Electeurs inscrits : 9.878.615.
Participation : 7.555.184 (76,48%)
Exprimés : 7.388.914 (97,8%)
Nuls : 123,337 (1,63%)
Blancs : 42.933 (0,57%)
Nouvelle Démocratie (conservateur) : 3.352.235 voix (45,37%), soit 165 sièges.
Mouvement socialiste panhéllénique (Pasok) : 2.996.124 voix (40,55%) soit 117 sièges.
Parti communiste de Grèce : 435.445 voix (5,89%) ou 12 sièges.
Coalition de la gauche et du progrès : 240.829 voix (3,26%), 6 sièges.

 

 

vendredi 5 mars 2004

 

 

Feu au Mont Athos

THESSALONIQUE (AP) - Un incendie a ravagé un des monastères orthodoxes du Mont Athos, vieux de 800 ans, détruisant des fresques inestimables datant des XVIème et XVIIIème siècles, ont annoncé vendredi les autorités du nord-est de la Grèce. L'incendie a frappé jeudi le monastère serbe d'Helandariou, où vivent 25 moines. Il a ravagé l'aile nord-est, la bibliothèque, le réfectoire, la zone d'accueil, l'entrée et les entrepôts.
Les flammes, dont l'origine reste indéterminée, ont également détruit deux petites chapelles, dans lesquelles se trouvaient les fresques. Tous les livres, manuscrits enluminés et icônes ont en revanche pu être sauvés à temps, avec l'aide de dizaines de moines venus apporter leur concours depuis les autres monastères du Mont Athos, cette "république" orthodoxe, semi-autonome et interdite aux femmes.

La veille, ils avaient mis trois heures et demie à atteindre ce site isolé, l'un des 20 monastères orthodoxes installés à l'écart du monde, sur la péninsule du Mont Athos, à quelque 100 km au sud-est de Thessalonique. L'incendie, qui pourrait avoir été causé par un chauffage défectueux, a surtout endommagé les cellules des mois et les zones de stockage, selon le gouverneur régional Elias Liakopoulos. Le monastère d'Helandriou compte également des reliques du XIVème siècle et des peintures murales de la même époque dans le réfectoire, mais les responsables n'ont pas précisé si elles avaient été endommagées.

 

vendredi 13 février 2004


 

 

La Grèce et la Turquie paralysées par la neige

ATHENES/ISTANBUL (Reuters) - Une violente tempête de neige paralyse vendredi la Grèce et la Turquie,où cinq personnes ont trouvé la mort à cause du mauvais temps.
Un épais manteau blanc pouvant atteindre 50 centimètres a recouvert Athènes et Istanbul, où les transports publics et aériens sont bloqués par le blizzard.
Seules les grands axes restent ouverts au trafic et les écoles sont fermées. Les autorités conseillent aux habitants de ne pas sortir.
A Athènes, l'Acropole est fermé au public, l'escalier de marbre conduisant au temple symbole de la ville étant trop glissant.
Même la vie politique est affectée: le ministre des Affaires étrangères George Papandréou a annulé une cérémonie pendant laquelle il devait formellement démissionner de son poste pour prendre en charge la campagne des socialistes en vue des élections législatives du 7 mars. Il était trop difficile pour les invités de rejoindre le ministère.
A Istanbul, toute navigation est interdite dans les détroits du Bosphore et des Dardanelles en raison d'une visibilité proche de zéro.

 

   vendredi 13 février 2004

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Les dirigeants chypriotes d'accord pour la poursuite des consultations

NEW YORK (AFP) - Les deux parties chypriotes, grecque et turque, sont convenues vendredi à New York, de reprendre les négociations sous l'égide du secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, pour la réunification de l'île d'ici au 1er mai.
Il y a "une vraie chance que Chypre puisse être réunifiée avant le 1er mai", s'est félicité vendredi M. Annan, dans une conférence de presse, à l'issue des pourparlers qui ont commencé au siège de l'ONU mardi.
Le Premier ministre grec, Costas Simitis, a exprimé l'espoir que les Chypriotes Turcs "vont négocier cette fois de bonne foi". "Espérons qu'ils négocient avec patience et bonne volonté et qu'un accord puisse intervenir d'ici au 1er mai", date de l'intégration de la République de Chypre à l'Union européenne (UE), a réagi de son côté le ministre turc des Affaires étrangères Abdullah Gul.
M. Gul a cependant souligné que "tout n'est pas encore terminé": "Il faut que les parties oeuvrent avec détermination afin de parvenir à une paix durable".
La Commission européenne a qualifié l'avancée de vendredi de "percée historique" qui "fournit une perspective authentique" de voir une Chypre réunifiée être en mesure de rejoindre l'UE à la date prévue. La Commission fournira "toute l'assistance voulue pour que les négociations soient couronnées de succès".
M. Annan avait déjà proposé un plan de réunification fin 2002 mais les Chypriotes turcs avaient rejeté en mars 2003 ce plan au terme de négociations marathon.
Chypre est divisée depuis l'invasion en 1974 du nord de l'île par l'armée turque déclenchée en riposte à un coup d'Etat d'ultranationalistes chypriotes-grecs qui, soutenus par la junte militaire au pouvoir à Athènes, voulaient rattacher l'île à la Grèce.
La République turque de Chypre-nord (RTCN) auto-proclamée, où stationnent quelque 30.000 soldats turcs, n'est reconnue que par Ankara.
Si la seule partie sud de l'île entre dans l'UE le 1er mai, la Turquie se retrouvera en position d'occuper un pays membre de l'Union européenne.

 

vendredi 13 février 2004

 

 

 

 

 

 

 

Georges Papandréou élu à la tête du PASOK

ATHENES (AFP) - A moins d'un mois des élections législatives du 7 mars, l'actuel ministre des Affaires étrangères Georges Papandréou a été élu dimanche à la présidence du PASOK, le parti socialiste grec, fondé par son défunt père Andréas il y a 30 ans.Georges Papandréou, 51 ans, qui était le seul candidat, succède ainsi à la tête du parti au pouvoir à l'actuel Premier ministre Costas Simitis qui souhaitait passer les commandes du PASOK à une nouvelle génération. Les socialistes, qui dirigent la Grèce depuis 1981, à l'exception d'une parenthèse de trois ans, sont devancés par les conservateurs de Nouvelle Démocratie dans les intentions de vote en vue des élections du 7 mars.
Fait sans précédent, le scrutin pour l'élection du nouveau président du PASOK était ouvert à l'ensemble des sympathisants du parti à travers le pays. Lors des scrutins précédents, seuls les 180 membres du comité central étaient habilités à élire le  président. Pour cette élection, un peu plus d'un million de sympathisants du parti ont pris part au vote, et la quasi-totalité d'entre eux ont voté en faveur du seul candidat. Un chiffre supérieur aux prévisions, qui confère à Georges Papandréou une légitimité certaine à la tête du PASOK.

 

haut de la page