Tout sur la Grèce...

English version                                                                                                                                     ...par Isa et David


 

 

 

                                                                                                      
 

Accueil

Généralités Les photos Cuisine Grecque Vos commentaires Événement      
  Actualités Grecques Expressions Les auteurs Lieux Grecs Sites Préférés Livre d'Or      

 

 



 

     Actualités Grecques 2007 (Sources Yahoo Actualités)    

Revivez les JO 2004, la Grèce championne de l'Euro 2004...et toutes les autres actualités qui ont marquées la Grèce

 
  Actualités grecques 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007

Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004

 

Lundi 31 Décembre 2007

décorations de Noel à Athenes sur la place Syntagma

 


Mercredi 12
Décembre 2007


 

Marche de protestation contre le gouvernement et greve de 24H contre la réduction des retraites


Dimanche
18 Novembre 2007


 

 

 

Concert : Eleni KOULOURIOTIS chante à Lille le 17 novembre et sera à Paris au restaurant le Kibele le dimanche 18

le restaurant est situé au 12 rue de l'échiquier - paris 10ème


Réservation : 06 70 29 55 24 ou 06 12 68 99 12

 

http://www.kibele.fr/programme.html

                                           

 

Dimanche 11 Novembre 2007


Grèce: plus de 300 migrants secourus après le naufrage d'un bateau

ATHENES (AFP) - La police portuaire grecque a remorqué dimanche au large du Péloponnèse (sud) un cargo avec 302 immigrants clandestins et trois membres d'équipage à bord qui se trouvait en difficulté, a indiqué un communiqué du ministère de la Marine marchande.

Le ministère avait annoncé dans un premier temps que 275 migrants se trouvaient à bord du bateau et quinze membres d'équipage.

Selon le décompte des autorités achevé dimanche soir, parmi les migrants figuraient 31 femmes et 41 enfants, selon ce communiqué.

Les migrants, dont la plupart se trouvaient en mauvais état mais hors de danger, étaient entassés depuis plusieurs jours dans la cale du bateau "Akdag", qui avait appareillé des côtes turques et se dirigeait vers l'Italie.

Ils ont été tous examinés par les médecins d'un hôpital local et ont été transférés dans un centre d'accueil dans la ville proche de Pyrgos. Vingt-deux d'entre eux ont été hospitalisés car ils souffraient d'hypothermie.

Aucun autre détail sur l'identité des clandestins n'a été fourni par les autorités.

La télévision privée grecque Méga a diffusé un témoignage d'un homme Irakien qui tenait dans ses bras son enfant. "Je suis réfugié d'Irak, nous voyageons sur ce bateau depuis treize jours, notre aventure est incroyable", a-t-il indiqué à Méga.

Le capitaine de l'Akdag, un bateau battant pavillon turc, avait émis samedi soir un signal de détresse expliquant aux autorités grecques que son navire se trouvait en mer Ionienne, dans les eaux grecques, et qu'il avait subi une panne mécanique.

Les conditions climatiques étaient particulièrement difficiles samedi en Grèce. De forts vents de plus de 90 km/h soufflaient pendant toute la journée en mer Ionienne (ouest) et en Egée (est) et une interdiction de navigation avait été émise par les autorités portuaires grecques.

 


Mardi
30 Octobre 2007

 

Nana Mouskouri récompensée pour l'ensemble de sa carrière à Londres

PARIS (AFP) - La chanteuse Nana Mouskouri a reçu, lundi soir à Londres, un disque d'or exceptionnel couronnant 50 ans de carrière, à l'occasion d'un ultime concert donné dans la capitale britannique dans le cadre de sa tournée mondiale d'adieu, a indiqué à l'AFP à Paris son agent.

Cette récompense, qui marque aussi 350 millions de disques vendus (simples et albums), 1.550 chansons enregistrées en douze langues et 100 albums depuis ses débuts en 1958, lui a été remise par Pascal Nègre, président d'Universal Music, sur la scène du Royal Albert Hall.

Avant l'Opéra de Paris le 24 novembre, Nana Mouskouri qui a fêté son 73e anniversaire le 13 octobre, se produira à Manchester (31/10), Glasgow (1/11), Birmingham (3/11), Sarrebruck (15/11) et Genève (20/11) dans le cadre du "Farewell Tour". Des concerts sont également prévus en Espagne, en Amérique du Sud. Un ultime concert est programmé à Athènes en 2008.

Distinguée l'an dernier par le Grand prix de la chanson française à l'étranger décerné par la SACEM (Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique), la chanteuse vient de publier chez XO Editions une autobiographie intitulée "La Fille de la Chauve-souris".
 


Lundi
22 Octobre 2007
 

 

 

 


Les ânes victimes de la modernisation en Grèce

HYDRA, Grèce - C'est une image typique de la Grèce: un âne qui transporte un villageois à travers des ruelles ou sur une route de campagne poussiéreuse. Mais elle risque de n'être plus bientôt qu'un lointain souvenir, ces animaux disparaissant peu à peu au profit des véhicules à moteur.

Depuis un demi-siècle, le nombre d'ânes en Grèce a chuté de 96%, passant d'un demi-million dans les années 50 à 18.000 en 1996, selon Giorgos Arseno, de l'école de médecine vétérinaire de l'université Aristote. Leur population a baissé de manière spectaculaire ces dernières années et, si la tendance se poursuit, ils auront pratiquement disparu d'ici 20 ans, avertissent les experts.

Beaucoup sont morts cet été durant les feux de forêt qui ont ravagé le Péloponnèse (sud), une région qui abrite 40% des ânes du pays. A la fin de l'année, on devrait en compter moins de 16.000, estime M. Arsenos. "Si cette baisse se poursuit, la population d'ânes tombera à moins de 1.000 en seulement 10 à 15 ans."

Le phénomène se limite aux pays du nord de la Méditerranée. Ailleurs, les populations d'ânes sont en expansion, souligne le chercheur Paul Starkey.

En Grèce, où il a été utilisé pendant des siècles pour le transport de personnes et de marchandises ou pour labourer les champs, l'âne est victime de la modernisation. Il est remplacé par les véhicules à moteur, jugés "plus pratiques", souligne M. Starkey.

Presque partout dans le pays, les voitures, camions, tracteurs et autres motos ont pris le dessus. Mais il reste un lieu où l'âne règne encore en maître: Hydra, une île pittoresque proche d'Athènes, où les véhicules à moteur n'ont pas de droit de cité.

Seul l'animal et l'homme peuvent emprunter la succession de ruelles étroites et de marches de l'agglomération principale, adossée à des collines. Les bagages des touristes, le mobilier des habitants qui déménagent et même une partie des ordures y sont transportés à dos d'âne.

"Ici, il n'y a que des mules et des ânes comme moyen de transport terrestre, c'est un fait remarquable en Europe", explique Ed Emery, qui a organisé ce week-end à Hydra une conférence sur le déclin des ânes en Grèce.

On compte 1.200 ânes et mules à Hydra, selon le maire de l'île, Kostas Anastopoulos, soit 10% du nombre total dans le pays. Seule la mairie dispose d'un moyen de transport motorisé: une benne à ordures et une petite camionnette utilisée avec parcimonie.

"L'âne et la mule à Hydra sont parties intégrantes de notre mode de vie", explique M. Anastopoulos. "Sans ces animaux sympathiques, je pense que la vie serait impossible ici. Tous les transports, des personnes aux matériaux nécessaires pour construire une maison, se font grâce à ces animaux."

Mais Hydra reste une exception, l'âne semblant promis à un sombre avenir en Grèce. "C'est un phénomène inquiétant", a souligné M. Arsenos lors de la conférence. "Nous essayons de voir ce qui peut être fait avec ces animaux, dans quelle mesure ils pourraient être utilisés différemment pour qu'ils ne deviennent pas les maigres vestiges d'une culture en voie de disparition."

Les participants au colloque ont avancé plusieurs propositions: changer leur utilisation traditionnelle de bête de somme en un rôle d'animal de loisir ou de compagnie et créer un programme national pour préserver les races rares. Les ânes, souligne M. Arsenos, "sont un héritage culturel que nous devons sauvegarder pour la prochaine génération".
 


Mercredi 17
Octobre 2007

 

La Grèce soutient le projet d'Union méditerranéenne de Nicolas Sarkozy

PARIS (Reuters) - La Grèce soutient le projet d'Union méditerranéenne de Nicolas Sarkozy, qu'elle considère comme "une très bonne idée", rapporte l'Elysée.

Le président français a reçu à l'Elysée le président grec Karolos Papoulias, qui effectue sa première visite de chef d'Etat en France.

"Ils ont notamment évoqué la question de l'Union méditerranéenne, idée soutenue et approuvée par le président grec", a-t-on précisé à l'Elysée.

"C'est une très bonne idée", a affirmé Karolos Papoulias, selon des propos rapportés par la présidence française.

Après une visite en Algérie et en Tunisie en juillet, Nicolas Sarkozy se rend du 22 au 24 octobre au Maroc pour défendre son idée d'"Union méditerranéenne" à laquelle il souhaite donner corps au premier semestre 2008.




 


Dimanche
16 Septembre 2007


 


Caramanlis tiré d'affaire mais avec une majorité réduite


ATHENES (AFP) - Le Premier ministre conservateur grec Costas Caramanlis s'est sorti d'une situation délicate en remportant dimanche les élections législatives dans un contexte de mécontentement populaire marqué par les incendies de l'été, mais il devra gouverner avec une majorité réduite.

Avec environ 41,8% des suffrages et 152 députés sur 300 (contre 45,3% des voix et 165 sièges lors du scrutin de 2004), son parti la Nouvelle-Démocratie (ND) a perdu beaucoup de points et devra ferrailler pour faire adopter les réformes de fond promises pendant la campagne, dont celle des retraites.

"Il ne sera pas du tout facile pour la ND de poursuivre sa politique", relève lundi le journal Eleftherotypia (gauche).

Mais le parti du gouvernement n'est pas le seul à avoir perdu des plumes dans cette élection: avec 38,1% des voix et 102 députés (contre 40,5% et 117 députés en 2004), le Pasok (socialiste) obtient son pire résultat depuis 1981.

En reconnaissant sa défaite dans la nuit, son leader Georges Papandréou, président en exercice de l'Internationale socialiste (IS), a fait son mea culpa et annoncé qu'il remettrait prochainement son poste en jeu.

Deux responsables se sont aussitôt engouffrés dans la brèche pour annoncer qu'ils seraient candidats: Evangelos Venizelos, poids lourd du parti, plusieurs fois ministre et opposant de longue date à Papandréou, et Anna Diamantopoulou, ex-commissaire européenne à l'Emploi et aux Affaires sociales (1999-2004).

Si les deux grands partis ont fortement tangué, notamment en nombre d'élus à cause d'un changement de loi électorale favorisant les petites formations, celles-ci sortent au contraire ragaillardies du scrutin.

L'un des grands gagnants est sans conteste le Laos (Alarme populaire orthodoxe), petit parti d'extrême droite emmené par l'eurodéputé Georges Karatzaferis, qui rentre pour la première fois au Parlement avec 10 députés (3,8% des voix contre 2,19% en 2004).

Dimanche soir son leader, un ancien de la ND, dont il avait été exclu en 2000, a prévenu qu'il soutiendrait le Premier ministre dans tous "les aspects positifs" de son travail mais qu'il n'hésiterait pas à le combattre sur tous leurs points de désaccords.

Autre grosse épine dans le pied du Premier ministre: l'extrême gauche, qui remporte une victoire historique en ayant réussi à cristalliser le mécontentement populaire.

Avec 8,1% des voix et 22 sièges (contre 5,9% et 12 sièges en 2004), le parti communiste grec (KKE), formation ultra-orthodoxe, l'une des rares en Europe à n'avoir pas fait sa réforme depuis la chute de l'URSS, retrouve des couleurs inespérées. C'est aussi le cas de la Coalition de la gauche radicale (Syriza), qui obtient 14 sièges avec 5% des voix, contre 6 sièges avec 3,2% en 2004.

Ces deux formations -ennemies- ont immédiatement annoncé qu'elles profiteraient de ce regain de légitimité pour lutter pied à pied contre les réformes économiques et sociales du gouvernement.

Après avoir réduit le déficit budgétaire à 2,6% du PIB en 2006 (contre 7,9% en 2004) tout en maintenant la forte croissance économique du pays (plus de 4%), le Premier ministre a promis de s'attaquer aux gros chantiers réclamés par Bruxelles et les grandes institutions internationales: réforme des retraites, du marché du travail et de l'enseignement supérieur.

"Beaucoup de temps a déjà été perdu sur la question des retraites, à laquelle aucun gouvernement ne veut s'attaquer. Mais c'est pourtant pour cela que les électeurs ont élu les députés de la Nouvelle-Démocratie. Et ils leur ont donné une seconde chance", prévient Manos Hatzidakis, analyste économique au sein de la société de courtage Pigasos, interrogé par l'AFP.

 

 

 

 

 

Vendredi  14 Septembre 2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Législatives en Grèce: Caramanlis va tenter dimanche de sauver sa majorité

ATHENES (AFP) - Le Premier ministre conservateur grec Costas Caramanlis va tenter dimanche de sauver sa majorité au Parlement au cours d'un scrutin législatif qui s'annonce serré après les feux qui ont dévasté le pays pendant le mois d'août, faisant 66 morts.

Elu en 2004 plus jeune Premier ministre grec depuis la seconde guerre mondiale, le chef de la Nouvelle-Démocratie (ND), qui fête ses 51 ans vendredi, semblait avant les incendies assuré d'une victoire facile, convoquant ces élections anticipées à un moment où il caracolait en tête des enquêtes d'opinion.

Mais depuis la vague de critiques essuyée par son gouvernement pour son impréparation face à la catastrophe, les choses sont beaucoup plus incertaines pour ce centriste qui a réussi à juguler le déficit budgétaire abyssal du pays (2,6% en 2006 contre 7,9% en 2004), tout en maintenant une croissance économique parmi les plus élevées de la zone euro (plus de 4%).

En l'absence de sondages dans la presse - interdits avant le scrutin - les prédictions vont bon train, fondées sur les déclarations d'analystes penchés sur des enquêtes privées qu'ils commentent à demi-mot. Or tous vont dans le même sens: la ND disposerait toujours d'une courte avance sur son principal rival le Pasok (socialiste), conduit par Georges Papandréou.

"Mon impression est que la ND gagnera mais l'une des questions clé est de savoir dans quelles proportions", commente à l'AFP le politologue Théo Livanios.

Car sans majorité absolue (moins de 151 députés sur 300), Costas Caramanlis se verrait dans l'incapacité de gouverner, sauf à constituer une coalition.

Une éventualité qu'il a totalement écartée : "s'il y a un Parlement sans majorité absolue, nous irons vers de nouvelles élections", a-t-il prévenu.

Le nombre des députés ND dépendra notamment beaucoup du score que réalisera le petit parti d'extrême droite Laos (Alarme populaire orthodoxe) de l'eurodéputé antisémite et xénophobe Georges Karatzaferis, crédité dans les derniers sondages publiés de plus de 3% des voix, seuil nécessaire pour entrer pour la première fois de son histoire au Parlement.

Habituellement coutumier des provocations et des dérapages, ce dernier tente depuis quelques semaines par un discours plus neutre mais aux forts relents populistes d'attirer "les mécontents de la Nouvelle-Démocratie et à la marge les classes défavorisées", explique l'analyste Georges Sefertzis.

Le vote dans les régions touchées par les feux - le Péloponnèse dans le sud et l'île d'Eubée à l'est d'Athènes - constitue également une inconnue du scrutin.

"Les gens d'ici sont épuisés, ils se fichent des élections", déclarait récemment à l'AFP un étudiant de la région de Zacharo (Péloponnèse), la plus dramatiquement touchée par les feux, semblant résumer le sentiment dominant chez nombre de sinistrés.

Quant à l'impact des feux sur le vote du reste de la population, il pourrait être minime.

"Même s'ils estiment que le gouvernement n'a pas réagi de manière adaptée aux incendies, une majorité de gens pense qu'ils sont le résultat d'une action concertée d'origine criminelle, dédouanant d'une certaine façon le pouvoir de ses responsabilités", avance Georges Sefertzis.

Théo Livanios ajoute que différentes enquêtes ont montré que la population considérait "globalement que le gouvernement a été rapide à offrir son aide financière d'urgence", qui se chiffre à plus de 130 millions d'euros. Une aide que le Pasok avait qualifiée par son ampleur "d'opération sans précédent d'achat des votes".

Enfin, à gauche, un autre petit parti pourrait tirer son épingle du jeu : le Syriza (Coalition de la gauche radicale). Georges Papandréou, qui envisage cette élection comme "un référendum contre la droite", a laissé entendre qu'en cas de majorité relative du Pasok, il pourrait envisager de collaborer avec cette formation.
 


Lundi 3
Septembre 2007



 

Fin des feux dans le Péloponnèse, débat politique en cours

ATHENES - Après 11 jours de lutte, la Grèce a remporté lundi le combat contre les incendies qui ont ravagé le Péloponnèse, tuant 65 personnes, et la classe politique rivalise d'appels à réformer l'Etat débordé par la catastrophe à l'approche des élections législatives du 16 septembre.
Les travaux de déblaiement et de reconstruction ont débuté lundi dans les secteurs du sud de la Grèce les plus touchés par les incendies. Les principaux sinistres ont été éteints, mais des foyers attisés par le vent et la sécheresse subsistaient près du Mont Parnon, dans le sud-est du Péloponnèse (sud), selon les pompiers.

Un autre feu sur l'île de Chios, dans l'est de la Grèce, était sous contrôle, a précisé Nikos Diamandis, porte-parole des pompiers. La météo des prochains jours, d'après les prévisions, devrait aider les pompiers à éteindre les feux encore en activité.

Après des mois de canicule, de violents orages ont frappé dimanche le nord de la Grèce. De la pluie et des températures plus fraîches sont attendues dans le sud du pays au cours de la semaine et le gouvernement a annoncé lundi la mise en place de mesures en prévisions d'éventuelles inondations, principalement dans le Péloponnèse et l'île d'Elvia. Les feux y ont été particulièrement destructeurs et les sols, mis à nu, ne retiennent plus l'eau.

Le bilan des incendies s'est alourdi dimanche et s'établit désormais à 65 morts, après le décès d'un homme qui avait été grièvement brûlé sur l'île d'Evia, selon les autorités. Les feux qui font rage depuis plus de 10 jours ont détruit quelque 200.000 hectares de forêts, végétation et terres agricoles.

Le Premier ministre Costas Karamanlis, dont le gouvernement conservateur a été très critiqué pour sa lenteur à réagir face aux incendies, a poursuivi lundi sa visite des zones sinistrées. La Banque européenne d'investissement, a de son côté annoncé le ministère des Finances, va consentir un premier prêt à long terme de 100 millions d'euros pour la reconstruction.

Vendredi, l'Union européenne a déclaré que la Grèce recevrait probablement 200 millions d'euros d'aide d'urgence et pourrait obtenir 400 millions d'euros supplémentaires, après une évaluation officielle des dégâts par le gouvernement. Les dommages ont été estimés à plus d'1,2 milliard d'euros.
 

 

Mercredi 29 Août 2007









"Nous n'avons plus rien", pleure Katerina Andonopoulou, âgée de 76 ans, en se traînant d'Olympie jusqu'à sa maison calcinée dans le village voisin de Platano. Elle a ramassé des herbes pour nourrir ses cinq chèvres, seules survivantes sur un troupeau de 20. "Qui va nous aider maintenant?" demande-t-elle.

 


Amélioration sur le front des incendies mais la colère monte en Grèce

ATHENES - A la faveur d'une amélioration des conditions météorologiques, des milliers de sapeurs-pompiers sont parvenus à contrôler mercredi des dizaines d'incendies qui ravageaient la Grèce depuis la semaine dernière. Les gigantesques feux, dont nombre seraient d'origine criminelle, ont fait au moins 64 morts, sans compter les dégâts causés à des centaines de propriétés et à l'environnement.

Au coût humain, économique et écologique de ce drame, pourrait venir s'ajouter un impact d'ordre politique, comme l'illustrent certains sondages montrant une colère croissante au sein de la population à quelques semaines des élections générales anticipées.

Mercredi, les opérations demeuraient concentrées sur l'île d'Eubée, au nord d'Athènes, et sur le Péloponnèse, dans le sud du pays, où les soldats du feu envoyés par 21 pays soutenaient leurs collègues grecs dans la lutte contre les flammes.

Au moins deux incendies échappaient à tout contrôle près de la frontière nord avec l'Albanie, selon les pompiers. Mais tous les feux à Eubée, île durement touchée, étaient sous contrôle. Et dans le Péloponnèse, région la plus touchée, les soldats du feu avaient réussi à contenir les flammes. Pour autant, cinq villages ont dû être évacués mercredi soir autour de Karytaina, dans le centre du Péloponnèse à cause d'un foyer ranimé par le vent.

Tous les sinistres importants ont généralement "reculé", a de fait expliqué le porte-parole des pompiers Nikos Diamandis, faisant état de températures plus fraîches et de vents moins soutenus. Reste qu'une reprise des incendies durant les prochains jours représente un "sérieux danger", et que le dispositif de lutte va être maintenu.

Si la météo plus clémente a apporté un certain répit sur le front des incendies, la colère semble en revanche gagner du terrain au sein de la population: nombre de Grecs reprochent au gouvernement de Costas Caramanlis sa gestion de la crise, son manque d'organisation et la lenteur de la riposte face aux flammes meurtrières. A l'approche des élections générales du 16 septembre, les incendies risquent donc fort d'être au coeur de la campagne.

Selon un sondage national effectué les 26 et 27 août auprès d'un échantillon de 1.309 adultes (marge d'erreur d'environ 2,55 points de pourcentage), la majorité conservatrice sortante a reculé de 1,6 point la semaine dernière mais conserve deux points d'avance devant le Parti socialiste, avec 35,2% d'avis favorables. Ce sondage MRB diffusé mardi soir par la chaîne privée Alpha indique une hausse de popularité pour trois petits partis d'opposition, suggérant du même coup un rétrécissement de la majorité des conservateurs, qui détient 164 des 300 sièges dans le Parlement sortant.

Plus de 10.000 manifestants se sont rassemblés devant le Parlement à Athènes sous des pancartes "Non à la destruction de la nature". Quelques personnes ont hué la police, qui a répondu par des grenades assourdissantes. La manifestation s'est terminée sans incident notable.

Mercredi, des centaines de personnes qui ont perdu maisons, biens et bétail dans les incendies ont afflué dans des banques du sud du pays pour recevoir jusqu'à 3.000 euros d'aide promis immédiatement par le gouvernement. Il leur était simplement demandé de signer un bon stipulant que les feux avaient endommagé ou détruit leur propriété.


                   

Le ministère des Finances a également déclaré qu'il suspendait la TVA (taxe à la valeur ajoutée) dans les zones sinistrées pendant six mois et interdisait la saisie de terres pour non-paiement de dettes.

Bien que le gouvernement ait déjà prévu le déblocage de près d'un tiers d'un milliard d'euros pour l'aide, le coût économique devrait être beaucoup plus élevé, selon le ministère de l'Economie.

Sur le plan de l'environnement, les services des sapeurs-pompiers n'ont pas annoncé d'évaluation globale des dégâts, mais selon des estimations indépendantes, quelque 200.000 hectares de forêts, d'oliviers et de broussailles sont partis en fumée, soit la superficie la plus importante depuis le début des relevés officiels dans les années 1950.

Au total, 11 personnes ont été accusées d'avoir délibérément allumé certains des feux.

A Rome, Benoît XVI a condamné les "actes criminels" et le "comportement irresponsable" des incendiaires. Ils "mettent en danger la sûreté humaine et détruisent l'environnement", a dénoncé le pape, en invitant à "prier pour les victimes de ces tragédies".
                                           

 

Mardi 28 Août 2007
 

 

 

 


Un puissant séisme secoue le sud de la Grèce déjà ravagé par les incendies

ATHENES - Un puissant séisme d'une magnitude préliminaire de 5 sur l'échelle de Richter s'est produit mardi matin dans le sud de la Grèce déjà la proie de violents incendies, a annoncé l'Institut de géodynamique d'Athènes. On ignore encore s'il y a des victimes ou des dégâts.

(Publicité)
La secousse s'est produite à 12h05 (9h05 GMT) et son épicentre était situé à 185km à l'ouest d'Athènes et à seulement 15km à l'est de Pyrgos près d'Olympie.

La secousse a provoqué des mouvements de panique parmi les habitants de la région et a été ressentie par les pompiers qui luttent contre plusieurs foyers.

Ce séisme survient au lendemain de celui d'une magnitude préliminaire de 5,1 sur l'échelle de Richter qui s'est produit lundi matin sur l'île grecque de Céphalonie, également la proie des flammes, dans l'ouest du pays.

 


Lundi 27
Août 2007
 



 




État d'urgence en Grèce : 63 morts


ATHENES - (AFP) - La Grèce poursuivait lundi une lutte acharnée contre les incendies de forêt, avec un bilan atteignant désormais la soixantaine de morts, tandis que sept personnes ont été inculpées jusqu'ici pour pyromanie.

A l'approche des élections législatives du 16 septembre, une polémique s'est engagée dans le pays, où l'état d'urgence et un deuil national de trois jours ont été décrétés samedi, sur l'origine criminelle présumée de nombreux foyers et la réponse des autorités devant la catastrophe.
Le procureur du service antiterroriste, Dimitris Papaguélopoulos, a ordonné une enquête préliminaire "pour déterminer si les crimes d'incendies volontaires pendant l'été sont inclues dans la loi antiterroriste".
Le porte-parole du service des pompiers, Yannis Stamoulis, a annoncé lundi l'arrestation et l'inculpation de sept personnes pour pyromanie.
"Depuis le 25 août, sept personnes ont été inculpées (...) tandis que depuis le mois de juin jusqu'ici, 33 personnes au total ont été inculpées, dont 15 pour incendie volontaire et 18 pour incendies par négligence", a-t-il indiqué se référant également aux incendies qui avaient frappé le pays en juin et en juillet et qui ont fait dix morts.
Alors que le pays ne possède pas de cadastre national et que le secteur de la construction est la troisième activité économique du pays, les autorités et l'opinion publique sont vigilants face à la spéculation immobilière sauvage surtout lors des périodes précèdent les élections.
Evoquant le premier la thèse d'incendies criminels, le Premier ministre Costas Caramanlis a assuré samedi que toutes les régions parties en flammes seraient protégées et "reboisées".
Avec un vent de plus de 70km/h, trente incendies menaçaient toujours l'ouest et le sud du Péloponnèse (sud), où persistent les plus importants fronts, impossibles à circonscrire jusqu'ici malgré la baisse de la température prévue à 33 degrés Celsius pour lundi.
Plus de 800 pompiers et 800 soldats grecs, assistés de dizaines pompiers venus de l'étranger avec 20 avions et 19 hélicoptères luttaient dans le Péloponnèse, où ont péri jusqu'ici 59 personnes la plupart dans des villages isolés en Elide, ainsi que sur l'île d'Eubée, où quatre personnes ont été tuées.
Les flammes ravagent depuis vendredi la région sud du Péloponnèse, c'est-à-dire Mégalopolis et les massifs du Parnon et du Taygète, qui surplombe le Magne.
C'est là, qu'opèrent depuis lundi matin les quatre avions français avec les 62 sapeurs-pompiers envoyés dimanche de Paris. "Il va y en avoir du travail, c'est un incendie qui a brûlé 20.000 hectares", a déclaré à une journaliste de l'AFP le capitaine Philippe Risser de l'Unité d'instruction et d'intervention de la sécurité civile.
Le deuil et le désespoir règnent dans les villages du Péloponnèse, où des dizaines de villages ont été évacués et des milliers d'hectares de forêt sont partis en fumée.
A la suite d'un appel à l'aide à l'Union européenne, l'Espagne a envoyé lundi deux avions tandis que l'Italie un autre. Tous les trois opèrent sur l'île d'Eubée, où les flammes ont endommagé plusieurs maisons dans le village de Mystro.
Outre Chypre qui a déjà envoyé 30 sapeurs-pompiers, la Grèce attend dans la journée une dizaine hélicoptères des Pays-Bas, de Suisse et d'Allemagne.
De nouveaux foyers se sont déclarés dimanche à Phthiotida dans le centre du pays ainsi que dans le nord-ouest, dans la région de Ioannina en Epire et sur l'île de Céphalonie en mer Ionienne (ouest).
Un autre nouveau foyer déclaré au pied du mont Hymette, près d'Athènes, a été rapidement circonscrit.
Les flammes avaient frôlé dimanche après-midi le prestigieux site d'Olympie, classé par l'Unesco au Patrimoine mondial de l'humanité où d'importantes forces de secours sont toujours sur place pour le protéger.
 

        
     
 

 

 

eudi 09 Août 2007




Les prêtresses olympiques pendant la cérémonie d'allumage
de la Torche olympique dans la ville antique d'Olympie

 


Le Fa Lun Gong lance une campagne contre Pékin

ATHENES - Des défenseurs du mouvement Fa Lun Gong, dont les membres sont violemment pourchassés en Chine, ont lancé jeudi à Athènes une campagne censée durer un an, jusqu'aux Jeux olympiques de Pékin, pour dénoncer "les atrocités" du régime chinois.

Une centaine de personnes réunies sur la place centrale de la capitale grecque, où les premiers jeux modernes ont eu lieu en 1896, ont assisté à l'issue d'une longue cérémonie à l'allumage d'une torche par quatre jeunes filles habillées de longues tuniques blanches représentant la Grèce, la Liberté, la Paix et la Justice.

Un relais de la flamme devra ensuite avoir lieu dans une centaine de villes à travers 25 pays dans le monde jusqu'au démarrage des JO. Les prochaines étapes seront Berlin le 18 août et Munich le 25 août.

"Ce relais vise à presser la communauté internationale afin qu'elle boycotte les jeux Olympiques de Pékin, car nous pensons que ces jeux travestissent l'esprit olympique", explique l'association à l'origine de l'initiative, la Coalition d'enquête sur la persécution de Fa Lun Gong en Chine.

Fondé en 1992, le Fa Lun Gong (Société de la roue de la loi) est un syncrétisme des théories boudhiques, taoïstes et chinoises du "quigong" qui désigne les forces de l'énergie cosmique.
Plusieurs organisations des droits de l'Homme accusent Pékin non seulement d'emprisonner et torturer les adeptes de ce mouvement mais aussi de vendre des organes de prisonniers exécutés, ce que les autorités chinoises ont nié à plusieurs reprises, parlant d'une campagne de diffamation du Fa Lun Gong.

Interdit en Chine depuis juillet 1999, puis considéré par les autorités chinoises comme mouvement terroriste à partir de 2001, le Fa Lun Gong revendique 100 millions d'adhérents dans le monde. Il se caractérise par un discours musclé contre la science, l'immoralité et la dépravation des moeurs.
                                        

Vendredi 29 Juillet 2007


Athènes demande l'aide de la Russie

ATHENES (AP) - Les incendies de forêt favorisés par la canicule en Grèce sont pour le moment hors de contrôle, a annoncé jeudi le gouvernement grec qui a demandé l'aide de la Russie. Trois personnes ont été tuées dans la nuit de mercredi à jeudi par les flammes dans le sud du pays.

Le premier ministre grec Costas Karamanlis a demandé l'aide de la Russie pour combattre les feux en Grèce. Le président russe Vladimir Poutine a annoncé l'envoi d'avions bombardiers d'eau, attendus vendredi. Selon un communiqué du gouvernement, la Grèce est confrontée à une "situation particulièrement difficile", due à conjonction d'un "grand nombre d'incendies de forêts et de conditions météorologiques sans précédents.

L'incendie le plus dangereux fait rage dans le Péloponnèse (sud), s'étendant par endroits sur un front de 40km. Selon les autorités locales, trois personnes âgées sont mortes dans leurs maisons ravagées par les flammes près d'Aigion au cours de la nuit de mercredi à jeudi. Un agriculteur resté sur place pour tenter de protéger son troupeau de chèvres figure parmi les victimes. Quelque 60 habitations ont été détruites et une trentaine de villages étaient menacés par les flammes.
 


Mercredi 25
Juillet 2007
 



 


Les incendies continuent de faire rage en Grèce

Selon un bilan provisoire, cinq pompiers, trois habitants ont été tués et 25.000 hectares de forêts ont été détruits depuis le début de l'été. Quelque 880 pompiers, 100 soldats, 213 véhicules et 20 avions étaient engagés dans la lutte contre les feux, sur plusieurs dizaines de fronts. Deux avions bombardiers d'eau russes étaient attendus vendredi, après l'appel à l'aide lancé la veille par le gouvernement grec au président russe Vladimir Poutine. Les pompiers ont par ailleurs expliqué avoir mis en oeuvre des hélicoptères bombardiers d'eau.

L'incendie le plus dangereux fait rage depuis quatre jours dans le Péloponnèse (sud), s'étendant par endroits sur un front de plusieurs dizaines de kilomètres. Selon les autorités locales, trois personnes âgées sont mortes dans leurs maisons ravagées par les flammes près d'Aigion au cours de la nuit de mercredi à jeudi. Un agriculteur resté sur place pour tenter de protéger son troupeau de chèvres figure parmi les victimes. Une centaine d'habitations ont été détruites.

On signalait de nombreux autres incendies, notamment près de Kozani, Pieria, Salonique et Kastoria (nord), où plusieurs municipalités ont déclaré l'état d'urgence, ainsi que sur l'île de Céphalonie (est). Plusieurs centaines de touristes ont été évacués.

Les vagues de chaleur successives qui s'abattent sur le sud et le centre de l'Europe depuis juin ont également provoqué des incendies en Italie, en Serbie, en Croatie, Bosnie, Slovaquie, Bulgarie et Macédoine.
                                      


Vendredi
29 Juin 2007

 


Pompiers et soldats continuent de lutter contre le feu aux portes d'Athènes


ATHENES (Reuters) - Le plus important feu de forêt en Grèce depuis au moins dix ans se rapprochait de la périphérie nord d'Athènes. Dans l'ensemble du pays, des pompiers et soldats combattaient des centaines d'incendies provoqués par une canicule exceptionnelle.
Un important incendie s'est déclaré dans une forêt au nord de la capitale. Une épaisse fumée noire obscurcit l'horizon d'Athènes. Des cendres retombent un peu partout sur les voitures et dans les rues, à mesure que brûle la dernière grande forêt proche de la ville.
"Cela me rappelle les derniers jours de Pompéi", a déclaré Natalia Giannaki, une habitante d'Athènes se rendant à son travail avec un mouchoir sur la bouche.
Pour l'heure, 2.500 hectares de forêt sont partis en fumée, dont certains situés à l'intérieur du parc national de Parnitha.
Il s'agit du pire incendie dans la périphérie de la capitale depuis celui qui avait ravagé pendant cinq jours le mont Penteli en juillet 1995. Les montagnes au nord de la ville, naguère recouvertes de forêts, ne s'en sont toujours pas remis.
Huit avions bombardiers d'eau, deux hélicoptères et une cinquantaine de véhicules de pompiers sont mobilisés pour tenter de contrôler l'incendie autour d'Athènes.
Cinq autres vastes incendies font toujours rage dans le centre et le nord de la Grèce mais sont en passe d'être maîtrisés. Au moins deux personnes ont péri jeudi près d'Agia dans le centre du pays, après avoir été prises au piège des flammes, dans leur voiture.
Selon les pompiers, un grand nombre d'incendies sont dus à des pylônes en bois qui prennent feu en raison de la canicule qui règne depuis une semaine et a vu les températures dépasser les 40°. Dans certains cas, cependant, les pompiers enquêtent sur de possibles incendies criminels.
La nuit dernière, l'incendie qui a pris à 80 km au nord d'Athènes et s'est étendu vers le sud s'est rapproché de plusieurs quartiers de la banlieue nord de la capitale, Menidi et Thrakomakedones, en progressant dans les pinèdes. L'incendie menace l'hôtel casino du mont Parnes, seul casino d'Athènes, qui a été évacué jeudi soir.

                                        


Jeudi
28 Juin 2007
 

 

 


Canicule en Grèce : 12 morts


ATHENES (AFP) - Trois nouvelles personnes sont mortes des effets de la vague de chaleurs en Grèce, portant à douze le bilan total des victimes de la canicule qui a frappé le pays pendant une semaine, a annoncé vendredi le ministère de la Santé.
Les nouvelles victimes sont deux hommes de 59 et 84 ans et une femme de 72 ans, qui avaient été hospitalisés jeudi respectivement à Karditsa (centre), Athènes, et Halkis, au nord de la capitale, selon un communiqué du centre opérationnel du ministère de la Santé (EKEPI)
La plupart des victimes enregistrées pendant la canicule, qui avait commencé vendredi dernier, sont des personnes âgées souffrant de problèmes de santé.
Alors que la température retrouvait vendredi des moyennes saisonnières, avec 35 degrés à Athènes, le ministère a levé l'état d'urgence des services sanitaires, a ajouté le communiqué. Mardi, le mercure avait atteint 46 degrés dans la capitale, battant un record vieux de 110 ans.
En raison des incendies qui frappent le pays depuis mercredi dans le sillage de cette canicule et de leurs "retombées sur la qualité de l'atmosphère", l'EKEPI a toutefois appelé les personnes fragiles à éviter les déplacements et efforts physiques superflus.
Cinq incendies, dont l'un aux portes de la capitale, continuaient vendredi de faire rage en Grèce. Le feu a fait deux morts mercredi dans le centre du pays.
 


Lundi 18
Juin 2007

 

 
ATHENES, 18 juin (XINHUA)-- Le ministère grec de la Marine marchande a imposé une amende de plus d'un million d'euros pour la pollution liée au naufrage du bateau de croisière Sea Diamond près de l'île grecque de Santorin en avril dernier.
Selon l'agence de presse grecque ANA-MPA, une amende de 1.173. 881 euros aété imposée.
Le ministre grec de la Marine marchande, Manolis Kefaloyiannis, a pris cette décision du fait que delarges parties de la côte près du lieu dunaufrage ontété touchées par la pollution causée par du carburantéchappé du bateau et que deszonesécologiquement sensibles sont en danger.
Par ailleurs, l'autorité portuaire de Santorin a égalementémis une amende totalisant 560.000 euros pour cette pollution.
Le bateau de croisière Sea Diamond, qui transportait près de 1. 170 passagers, a heurté un récif le 5 avril près de l'île de Santorin et a ensuite coulé par 140 m de fond. Deux passagers français, un homme et sa fille adolescente, ont disparu dans cette catastrophe


Dimanche 8 Avril 2007



 

Après une semaine de jeûne, les grecs orthodoxes s’apprêtent à célébrer, ce week-end, la mort, puis la résurrection du Christ. En décalage par rapport à la Pâques catholique, cette fête, la plus importante du calendrier orthodoxe, révèle une population profondément chrétienne et attachée à ses traditions. 
 

La "Megali Evsomada", ou Semaine Sainte est, en Grèce, plus importante encore que les fêtes de Noêl. Elle correspond, en outre, à l’arrivée du printemps. A Athènes, comme dans la plus reculée des îles grecques, se dérouleront des cérémonies et processions réunissant une grande partie de la population.
Les rituels sont immuables et débutent le vendredi saint, par le rassemblement des fidèles commémorant l’enterrement du Christ.
Le samedi, à minuit, éclate le "Christos Anesti", l’annonce de la résurrection du Christ. Chacun rejoint ensuite son foyer, une bougie allumée à la main dont la flamme permettra de bénir du signe de croix l’embrasure de la porte. Vient alors l’heure de déguster la délicieuse maghiritsa, soupe traditionnelle à base d’abats de volailles et de citron.
Dimanche, grande fête familiale autour de l’agneau pascal cuit à la broche. Un festin qui se déroule, bien sûr, au rythme des danses, de la musique et des chants !

 


Vendredi
09 Mars 2007

 

 


Les autorités grecques chypriotes détruisent un mur barrant un passage du nord au sud de la capitale divisée

NICOSIE (AP) - Les autorités chypriotes grecques ont démoli tôt vendredi un mur qui coupe une avenue de la capitale, Nicosie, qui relie la partie grecque et la partie turque de l'île.
"Ce soir, nous avons détruit un point de contrôle de notre côté", a déclaré le président chypriote Tassos Papadopoulos depuis Bruxelles. "Maintenant nous verrons si les troupes de la Turquie se retireront afin que le passage puisse être ouvert, ou non".
Un bulldozer a débuté tard jeudi les travaux qui visent à rétablir un passage entre les deux parties du pays. La destruction du mur n'avait pas été annoncée au préalable.
"C'est un premier pas positif, en signe de bonne volonté de notre part", a déclaré le porte-parole du gouvernement Christodoulos Pashiardis, tout en précisant que la réouverture de la rue Ledra ne pourrait avoir lieu avant que les troupes turques ne se retirent du point de contrôle qu'elles maintiennent sur la même rue.
L'avenue en question, qui traverse la capitale de la zone sud à la zone nord, est considérée comme le symbole le plus fort de la séparation de l'île de Chypre en deux entités depuis l'invasion turque du nord en 1974. Cinq passages entre les deux parties existent, mais aucun dans Nicosie même.
Le gouvernement de la partie grecque est le seul reconnu par la communauté internationale, alors que le nord n'est reconnu que par la Turquie, qui y maintient quelque 40.000 soldats.
 

Mercredi 17 Janvier 2007


Débordement de la manifestation contre la réforme de l'enseignement supérieur



ATHENES (AP) - Une manifestations estudiantine contre le projet de création d'universités privées en Grèce a dégénéré mercredi en affrontements entre manifestants et police anti-émeutes, des casseurs incendiant des voitures et brisant des devantures de banques. On ne déplore pas de victimes et la police n'a procédé à aucune arrestation.

Les troubles ont débuté près de la place Syntagma, au coeur d'Athènes, alors que plus de 3.000 manifestants marchaient sur le parlement. Devant le bâtiment, les jeunes ont commencé à jeter des pierres sur les forces de l'ordre, qui ont riposté à coups de gaz lacrymogènes.

Des anarchistes présumés ont ensuite incendié quatre véhicules à coups de bombes incendiaires. Ces incidents sont parmi les plus violents de ces derniers mois, depuis que les étudiants grecs manifestent contre le projet de réforme de l'enseignement supérieur, qui mettrait fin au monopole de l'université publique. Le projet, qui nécessite d'amender la constitution, devrait être définitivement voté fin février, pour une entrée en vigueur après 2008.

En signe de protestation, les universités étaient fermées mercredi dans tout le pays et les enseignants en grève.
 


Vendredi 12 Janvier 2007


L'ambassade des USA attaquée

ATHENES Une roquette a été tirée sur l'ambassade des Etats-Unis à Athènes vendredi matin provoquant des dégâts mineurs à la façade mais sans faire de victime. Un haut responsable de la police grecque a qualifié cette action d'"acte de terrorisme".

Le ministre grec de l'Ordre public a estimé "hautement probable" que le responsable de cet attentat soit un groupscule grec. "Il est très probable que ce soit là l'oeuvre d'une organisation locale", a souligné Vyron Polydoras. "Nous pensons que cette tentative pour faire revivre le terrorisme est déplorable et est vouée à l'échec".

Il s'agit du premier attentat d'envergure visant des intérêts américains en Grèce en plus de dix ans, après le démantèlement de l'organisation d'extrême-gauche du 17 novembre. Le mouvement terroriste est responsable de la mort de 23 personnes -dont plusieurs responsables américains, britanniques et turcs- et plusieurs dizaines d'attentats à la bombe.

 


Samedi 6
Janvier 2007

 


Lundi 1er
Janvier 2007

Bonne Année 2007 !